Les Chefs d'oeuvres du Musée Condé >

Les Heures d'Étienne Chevalier

Version mobile
English

Les Heures d'Étienne Chevalier

Un livre d'heures, c'est une sorte de livre de messe qu'on utilisait à la maison pour la dévotion privée.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Que peuvent bien être les Heures d'Etienne Chevalier ?
Un livre d'heures, c'est une sorte de livre de messe qu'on utilisait à la maison pour la dévotion privée.
Celui-ci, dont vous pouvez contempler 40 pages appartenait à Etienne Chevalier, le chancelier du roi Charles VII. >
C'est Jean Fouquet ! Sans doute le plus grand peintre et miniaturiste français au XVème siècle. Et pourtant, il nous reste très peu d'oeuvres réalisées de sa main. On sait qu'il est né à Tours, qu'il a séjourné en Italie et surtout qu'il a travaillé pour les plus hauts personnages de l'Etat français!
Voix de curieux
Alors, qu'y a-t-il d'exceptionnel dans ses oeuvres ?
Jean Fouquet maîtrisait très bien la perspective aérienne, les reflets de lumière, les effets des matières.
Mais que racontent ces pages ?
Des épisodes de la Bible et de la vie des Saints, mais Jean Fouquet y fait aussi figurer Etienne Chevalier lui-même.
Vous le trouverez sur la première page, en prière devant la Vierge à l'enfant.
Charles VII, dont Etienne Chevalier était le trésorier, est représenté en roi mage, vêtu de vert. Il faut chercher un peu... (petit silence)
(il a trouvé) Ah oui les numéros sont inscrits en bas du cadre. Donc ...C'est sur le feuillet numéroté 208, l'Adoration des Mages. >
Je n'ai jamais vu la table sous cet angle dans une autre oeuvre d'art.
Celle-ci date du XVème siècle, une époque à laquelle on prenait encore peu de liberté avec l'illustration des textes saints.
Et pour la fabrication de ces manuscrits, comment travaillait l'artiste, c'est minutieux.
Sous une grosse loupe tout simplement. Directement sur parchemin, c'est-à-dire sur une peau d'animal. Ecoutons à ce propos Emmanuelle Toulet, conservateur de la bibliothèque du château de Chantilly.
Les artistes peignaient avec des pigments naturels, d'origine minérale ou végétale qu'ils préparaient eux-mêmes. On remarque particulièrement le lapis-lazuli qui est employé pour le bleu si éclatant et évidemment aussi, la feuille d'or qui est appliquée soit dans les fonds des enluminures soit pour les initiales.
Retour haut de page