Chantilly et musée Condé : exposition petits portraits, grands personnages >

Stéphanie du Crest de Saint Aubin, comtesse de Genlis

Version mobile

Stéphanie du Crest de Saint Aubin, comtesse de Genlis

Elle se singularise en remettant au goût du jour la harpe !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
> Très jeune, déjà, Stéphanie-Félicité du Crest de Saint Aubin se singularise en remettant au goût du jour la harpe. Le 18ème siècle avait oublié cet instrument de la Renaissance !
Intelligente, ambitieuse, Félicité entre en cour grâce à un habile mariage avec le comte de Genlis.
Madame de Genlis ; ce nom vous dit peut-être quelque chose.
C'est une femme de lettres et surtout, le " gouverneur " du futur Louis-Philippe. Victor Hugo rapporte dans " Choses Vues " une conversation qu'il eut avec le roi Louis-Philippe au sujet de sa préceptrice, Mme de Genlis.
Voix masculine
" Un rude précepteur. Elle nous a élevé avec férocité, ma soeur et moi. "
? l'époque, c'est une place impensable pour une femme.
Madame de Genlis soumet les petits princes à toute sorte d'activités physiques et intellectuelles.
Elle expose même ses théories révolutionnaires sur l'éducation dans une abondante littérature.
Voix féminine convaincue de ce qu'elle dit
" L'enfant le plus médiocre, s'il n'a point de vices d'organisation et si son coeur n'est pas mauvais, peut acquérir avec une éducation parfaite, des principes et des vertus solides, des idées justes, une instruction étendue et s'il est né pour régner devenir (...) un excellent roi. "
Retour haut de page