Chantilly et musée Condé : exposition petits portraits, grands personnages >

Marie-Clémentine, archiduchesse d'Autriche, princesse de Salerne

Version mobile

Marie-Clémentine, archiduchesse d'Autriche, princesse de Salerne

C'est l'histoire d'une famille où un homme et sa belle-mère s'entendent à merveille !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
C'est l'histoire d'une famille où un homme et sa belle-mère s'entendent à merveille !
Voix qui s'incruste, qui commente (c'est juste pour articuler l'histoire)
Tout commence par un mariage, vous l'aurez compris.
Marie-Clémentine de Habsbourg n'a qu'une fille unique, qu'elle marie au duc d'Aumale. Cette fille chérie quitte Naples, emportant dans ses malles ce lourd presse-papier à l'effigie de sa mère.
Il devait figurer en bonne place sur son bureau.
A la mort de son mari, le prince de Salerne, Marie-Clémentine de Habsbourg n'a plus rien à faire à Naples. Elle rejoint donc son gendre et sa fille, en Angleterre. Hélas, celle-ci meurt en 1869, mais Marie-Clémentine reste auprès de son gendre.
Elle le suit même à Chantilly, quand il revient en France.
Le duc d'Aumale l'installe dans la maison de la Nonette, au fond du parc de Chantilly.
La plupart des miniatures autrichiennes du duc d'Aumale lui viennent probablement de cette belle-mère qu'il garda auprès de lui jusqu'à la fin.
Retour haut de page