Chantilly et musée Condé : exposition petits portraits, grands personnages >

L'archiduchesse Hermine de Habsbourg

Version mobile

L'archiduchesse Hermine de Habsbourg

Vous imaginez la taille de la défense d'éléphant qu'il a fallu trouver ?

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Remarquez la taille de ce portrait de l'archiduchesse Hermine de Habsbourg. Il est peint sur ivoire. Vous imaginez la taille de la défense d'éléphant qu'il a fallu trouver ?
A cause de cette largeur, l'oeuvre est très fragile.
Mais ce n'est pas tout, ce portrait a une autre particularité.
C'est probablement la seule oeuvre du miniaturiste Albert Theer que possède un musée français.
Remarquez la position de la jeune fille.
Les mains jointes sur un livre ouvert, sa tête éclairée d'un halo lumineux, une lueur dans les yeux.
Hermine de Habsbourg semble touchée par la grâce divine.
Et justement, elle entrera dans les ordres et deviendra abbesse du chapitre des Dames de Prague.
Elle meurt à 25 ans, en 1842, un an après la réalisation de ce portrait.
Pourquoi cette oeuvre fait-elle partie de la collection du duc d'Aumale ?
C'était un membre de sa famille, par alliance. Hermine était une cousine de la duchesse d'Aumale, presque du même âge qu'elle, disparue à la fleur de l'âge.
Retour haut de page