Exposition Marie d'Orléans (Musée Condé) >

Médaillon et médaillon de deuil

Version mobile

Médaillon et médaillon de deuil

Médaillon et médaillon de deuil

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Voix de femme jeune (Marie)
< " J'ai été hier à Paris où j'ai eu le délice de poser pour Caminade et Barre. Ce dernier m'a fait voir le petit profil en plâtre qu'il a fait de toi, il m'en a promis un que j'ai accepté avec reconnaissance. " >
Marie a 19 ans lorsqu'on réalise ces profils en biscuit de Sèvres, de la porcelaine cuite, sans email ni décor.
Elle raconte cette scène à sa soeur Louise dans une lettre. Louise, désormais en Belgique, auprès de son époux, le roi des Belges.
< Le mariage, célébré en 1832, a été une grande épreuve pour Marie. Pendant les festivités, elle cache sa peine pour ne pas accabler Louise. Elle ne lui livre sa douleur qu'après le départ, dans des courriers pleins de tristesse.
Voix de femme jeune (Marie)
" Que je suis malheureuse de t'avoir quittée, pauvre amie ! C'est comme si l'on avait passé une éponge sur ma vie ; toutes mes sensations sont effacées. "
Marie d'Orléans devient mélancolique et s'enferme peu à peu dans son atelier de sculpteur.
A sa mort, en 1839, on fait de ce biscuit de Sèvres un médaillon de deuil, sur marbre noir.
Le duc d'Aumale, dernier habitant du château de Chantilly, l'avait placé dans ce qu'il appelait son " cimetière ", aux côtés des portraits de sa femme, de ses fils et de tous ses chers disparus. >
Retour haut de page