Exposition Marie d'Orléans (Musée Condé) >

L'ange de la résignation

Version mobile

L'ange de la résignation

L'ange de la résignation

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Dans les années 1830, Louis-Philippe fait agrandir la chapelle de Dreux, où sont enterrés les membres disparus de la famille d'Orléans.
Marie s'intéresse beaucoup à ses travaux. On dit même qu'elle influence son père dans le choix des décorations néo-gothiques, son style favori.
Cet ange en terre cuite, vous le reconnaîtrez à Dreux si vous visitez la chapelle royale des Orléans, comme l'explique Nicole Garnier, conservateur du musée Condé. >
De cet Ange de la Résignation sera tiré donc un grand marbre réalisé par un praticien, que la reine Marie-Amélie fera placer au-dessus du tombeau de sa fille à la chapelle funéraire de Dreux. Donc encore aujourd'hui, on peut voir cet ange dit " de Marie d'Orléans " ; ce n'est pas elle qui l'a sculpté car elle ne sculpte pas le marbre mais un praticien a, d'après ses modèles, réalisé la grande sculpture. Il y a aussi l'Ange de la Compassion qu'elle a réalisé et qui a été placé au-dessus du tombeau de son frère, le duc d'Orléans.
Un frère mort dans un accident 3 ans après elle.
C'est la seule terre cuite que vous verrez dans cette exposition.
On peut encore y voir les traces des doigts et surtout des pouces de la princesse.
Retour haut de page