Exposition Marie d'Orléans (Musée Condé) >

Ahasvérus et Rachel, dernier âge de la vie

Version mobile

Ahasvérus et Rachel, dernier âge de la vie

Ahasvérus et Rachel, dernier âge de la vie

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Voix de Marie théâtrale
< " Ne regarde pas en bas ; lève tes yeux plus haut,
toujours plus haut ! Vois-tu les anges qui
pleurent ? "
Dans cette scène tirée d'Ahasvérus, le poème d'Edgar Quinet, Marie d'Orléans a représenté Rachel qui tente de sauver le Juif errant.
Elle est la première à représenter cette scène dans une sculpture.
Remarquez les mouvements des personnages
Prêt de tomber, la tête baissée, Ahasvérus est épuisé par sa vie d'errance.
A ses côtés Rachel lui montre le ciel et le soutient. >
On retrouve dans cette oeuvre les deux thèmes favoris de Marie d'Orléans : la littérature et le sujet religieux.
Isabelle Leroy-Jay-Lemaistre, conservateur en chef au département des sculptures du Louvre.
Elle suit de très près le texte d'Edgar Quinet puisqu'elle les représente sur un terrain montant. Edgar Quinet dit qu'Ahasvérus n'arrive pas à atteindre le sommet de la colline et c'est Rachel qui le soutient, qui lui soutient le bras. Je pense que Marie s'identifiait certainement à ce genre de personnage ; peut-être voulait-elle essayer de devenir un personnage tel que cette Rachel.
Quand il reçoit ces bas-relief, Edgar Quinet, remercie chaleureusement la princesse : " Ils retracent non ce que j'ai fait, mais ce que j'aurais voulu faire. D'une ébauche inculte, vous avez, Madame, tiré une oeuvre d'art ; vous avez porté, en vous jouant, l'ordre et la lumière dans un chaos. "
Retour haut de page