Circuit de Morlaix sur la route des enclos paroissiaux >

St-Thégonnec

Version mobile
English

St-Thégonnec

Le calvaire est une façon originale d'enseigner la Passion du Christ.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Saint-Thégonnec allie l'opulence à l'exubérance. Notre spécialiste des enclos, Georges Provost nous explique pourquoi :
" Saint-Thégonnec est un peu le bouquet final de l'art des enclos dans le Nord Finistère d'abord sans doute parce que Saint-Thégonnec a été la paroisse la plus riche à l'époque de la prospérité des toiles de lin. Et puis cette prospérité s'est prolongée plus longtemps qu'ailleurs, jusqu'au milieu du 18 e siècle. Alors ça explique que les paroissiens aient pu plus longtemps embellir, agrandir, rehausser leur église puis la mettre tout simplement au goût du jour. Il suffit de voir qu'elle a deux clochers. D'abord une flèche gothique qui s'est trouvée démodée au bout de quelques années. Alors à ce moment-là au début, du 17 e siècle, les paroissiens ont construit une grande tour avec un dôme Renaissance. "
? votre gauche, l'entrée monumentale
Elle est du 16 ème siècle. Pilastre, niches, volutes et lanternons ornent à profusion ses trois arches.
Observez maintenant le calvaire de 1610.
Vous avez remarqué ? Il peut se lire presque comme une bande dessinée.
C'est parce que la réforme catholique veut à l'époque catéchiser les populations qui sont analphabètes. Le calvaire est une façon originale d'enseigner la Passion du Christ.
Regardez bien. Sur le calvaire, une statue gifle le christ aux allures d'Henri IV. Vous savez pourquoi ?
Parce les artistes dans les ateliers s'inspiraient d'oeuvres de leur époque pour sculpter. Amusez-vous à trouver cette statue. Cherchez la barbiche du roi de France !
Regardez à présent la petite table creusée dans le socle du calvaire. Ce n'est pas un autel, mais une table d'offrande.
Les habitants déposent les offrandes et participent ainsi aux embellissements de l'enclos paroissial.
On y trouve de l'argent, du lin, des jambons, des oeufs et toutes sortes de produits d'agriculture locale.
Cette table d'offrandes est dédiée à Saint Thégonnec dont vous voyez la statue. Son l' histoire est pour le moins... animalière.
On raconte qu'au 6 e siècle, Saint-Thégonnec apprivoisa un cerf. Pour construire son église, le Saint faisait tirer à l'animal une charrette chargée de pierres. Mais un jour le cerf se fait dévorer par un loup. Châtié par le Saint bâtisseur, le loup acceptera finalement de tirer la charrette à son tour. Saint-Thégonnec est encore invoqué pour préserver les récoltes, guérir les fièvres et les morsures de vipères.
Tournez-vous vers l'ossuaire.
Ce bâtiment de style Renaissance est entouré d'une longue frise avec inscription. Annie L'Hostis , animatrice, nous donne sa signification :
" Oh pêcheur repentez-vous étant vivants car à nous morts il n'est plus temps. Priez pour nous trépassés car un beau jour vous en serez. C'est une bonne et sainte pensée que de prier pour les fidèles trépassés. Hodie mihi cras tibi : aujourd'hui moi demain toi ! "
Sur l'ossuaire, comme signe de mort, on peut voir des tibias et au-dessus de la porte à droite du bâtiment, vous découvrirez un crâne d'enfant incrusté dans la pierre !
Le 8 juin 1998, un incendie endommage l'église de Saint-Thégonnec. Un formidable chantier de rénovation commence alors. Il durera 7 ans et vous permet d'admirer aujourd'hui ses exceptionnels vitraux, jeux d'orgues et retables polychromes.
Retour haut de page