Circuit de Morlaix sur la route des enclos paroissiaux >

Saint-Jean-du-Doigt

Version mobile
English

Saint-Jean-du-Doigt

Ce village offre l'exemple le plus complet de ce qu'était autrefois un enclos paroissial.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Ce village en bord de mer offre l'exemple le plus complet de ce qu'était autrefois un enclos paroissial.
Il regroupe une porte triomphale en forme d'arc de triomphe, un cimetière, un calvaire, deux ossuaires blottis au pied de la tour de l'église, un oratoire et une fontaine.
Une légende aussi singulière que merveilleuse a donné naissance à ce lieu célèbre pour ses pèlerinages.
On raconte qu'au Moyen-Âge, un jeune archer natif de la baie de Morlaix rapporta à son insu de Normandie, où il combattait les Anglais, un doigt de Saint-Jean Baptiste. Arrivée dans la chapelle de sa paroisse, la phalange du Saint lui échappa et alla se placer sur l'autel. Dès lors, des guérisons de maladies des yeux par imposition de la relique se multiplièrent et les pèlerins affluèrent par milliers.
Et parmi ces pèlerins, certains étaient très célèbres. Bien que l'histoire n'en conserve aucune trace, on dit que la célèbre duchesse en sabots, alias Anne de Bretagne, serait venue à Saint-Jean-du-Doigt.
Anne de Bretagne : Ravissant endroit que Saint-Jean-du-Doigt où le ruisseau coule sous un berceau de verdure et de fleur, et où la mer au Nord offre sa ligne bleue. Et pourtant, que d'aventures avec la relique de Saint Jean-Baptiste. Je résidais à Morlaix où je souffrais atrocement d'une fluxion de l'oeil. J'ai demandé que l'on m'apporte le doigt guérisseur. .. Savez-vous ce qu'il advint ? Le brancard qui portait la relique se brisa. Le doigt disparut et on le retrouva dans l'armoire où il était conservé. C'est moi qui ai dû faire le voyage.
Face à vous, la fontaine monumentale.
Elle évoque le baptême du Christ.
Il existait à cet emplacement une fontaine dès le 16e siècle. Celle que vous admirez a été l'objet de plusieurs reconstructions au fil du temps.
Près de vous, ce n'est pas un calvaire, mais une croix de mission.
Ce type particulier de calvaire est souvent limité à une seule croix et date généralement du 19 ème ou du 20 ème siècle. Celle-ci fut sculptée à Quimper et amenée par charrette jusqu'à Saint-Jean-du-Doigt.
C'est ici qu'autrefois, le prieur annonçait les avis publics après chaque messe.
Vous voyez le bâtiment parmi les tombes à votre droite ?
Ce n'est pas un ossuaire mais un oratoire. Ce bel édifice de la Renaissance en pierre de taille servait de reposoir au Saint-Sacrement pendant les pèlerinages.
Et l'église ? Georges Provost, Maître de conférence d'histoire moderne à l'Université de Rennes 2, nous en parle :
" L'église de Saint-Jean-du-Doigt paraît surdimensionnée par rapport au petit bourg qui l'environne. La tradition dit que c'est un duc de Bretagne, Jean V, qui l'aurait fondée au milieu du 15 e siècle. ? vrai dire, aucun document ne nous en donne vraiment la preuve. Ce qui est sûr, c'est que ce sont les revenus issus des pèlerinages au doigt de Saint-Jean Baptiste, qui ont permis de mener le chantier entre le début du 15 e siècle et le début du 16 e siècle. Et on a donc à faire à un édifice gothique qui est d'une très grande pureté. "
N'hésitez pas à visiter l'intérieur et à admirer les vitraux contemporains de Louis-René Petit. Très purs et d'une grande douceur, ils donnent à l'église une lumière toute particulière.
Retour haut de page