Circuit de Morlaix sur la route des enclos paroissiaux >

Plourin-lès-Morlaix

Version mobile
English

Plourin-lès-Morlaix

Savez-vous pourquoi on rencontre souvent des ifs dans les cimetières ?

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Savez-vous pourquoi on rencontre souvent des ifs dans les cimetières ? C'est que les arbres, comme les fleurs, ont leur langage.
L'olivier représente la paix. Le chêne : la robustesse. Et l'if, comme celui qui est près de vous symbolise l'immortalité.
Approchez-vous de l'ossuaire à droite de l'église, il est dédié à Saint Mathurin.
Il renferme encore des ossements dans une fausse sous le sol !
Les six statues en pierre et en polychromie que vous voyez à travers les vitres représentent 4 apôtres et deux docteurs de l'Eglise latine.
Des docteurs ?
Il s'agit de théologiens reconnus par l'église catholique qui ont expliqué la foi dans la lignée des apôtres.
Ces statues donc ont été réalisées par Roland Doré, sculpteur et architecte au temps du Roi Louis 13. Ecoutons-le.
Je suis né à Landerneau où j'ai peut-être dirigé un atelier d'artistes, mais ma vie demeure mystérieuse et opaque aux hommes de votre siècle. Mon style lui, en revanche, est reconnaissable au premier coup d'oeil. Mes personnages vêtus d'étoffe lourde ont un caractère majestueux . Leurs visages sont lisses ou creusés selon leur âge. Leurs yeux sont souvent en amande. Et sur leurs lèvres minces se dessine un fin sourire.
Amusez-vous à reconnaître qui sont les 4 apôtres du Christ grâce au symbole allégorique posé à leur pied.
Et si vous n'y parvenez pas, reportez-vous aux panneaux explicatifs de l'enclos !
Les statues de Roland Doré sont éclatantes de couleurs. Il en était de même à l'époque pour les monuments religieux. Le turquoise s'alliait à l'or et le rouge flamboyant côtoyait le bleu indigo !
Mais qu'utilisait-on pour obtenir une telle richesse de coloris ? Valentin Scarlatescu, restaurateur et plasticien, évoque la composition de ces pigments d'autrefois :
" On utilisait pour le blanc, l'argile. Pour le noir, le noir d'os. Pour les bruns, les terres. Pour le jaune également les terres, mais aussi le jaune de plomb. Pour les rouges, le cinabre et le minium également. Pour les bleus le lapis-lazuli et ainsi que pour les verts, les verts d'origine végétale. "
Tournez-vous vers l'église...
Écoutons Georges Provost, notre historien spécialiste des enclos :
" Un enclos n'est pas un forcément une structure figée. Il évolue au long de l'histoire. Et Plourin le montre bien puisqu'ici on voit que le calvaire a disparu, même s'il reste plusieurs statues qui sont tout à fait remarquables. Et si on regarde l'église, on voit qu'elle n'a pas de porche Sud. Lorsqu'elle a été reconstruite à la fin du 17 e siècle, ce n'était plus une chose forcément aussi nécessaire que par le passé puisque les responsables de la paroisse qui se réunissaient dans le porche, sur les banquettes de pierre qui sont situées sous les niches des apôtres... Et bien, ces responsables se réunissaient à la sacristie. Le porche n'était donc plus indispensable. "
Si vous pénétrez dans l'église par la porte sud, admirez son magnifique ornement. Et à l'intérieur, attardez-vous devant les 11 retables de l'édifice.
11 retables dans une seule église. C'est Plourin-les-Morlaix qui détient le record !
Avant de quitter l'enclos, regardez bien Les statues qui sont sur le mur d'enceinte de l'enclos. Elles proviennent de l'ancien calvaire qui a aujourd'hui disparu. Ces personnages en kersanton sont aussi l'oeuvre de Roland Doré.
Retour haut de page