Montpellier contemporain >

Port Marianne - Rives du Lez

Version mobile
English

Port Marianne - Rives du Lez

La ville réinvestit les bords de l'eau.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Port Marianne
C'est la suite de l'aventure d'Antigone. La ville continue de s'étendre ici, dans ce quartier au bord du Lez, un fleuve côtier qui marquait la fin de la cité. Dans l'Histoire de Montpellier, ce secteur a longtemps abrité un port, le port Juvénal, qui servait au transit des marchandises. La laine, le bois par exemple étaient transportés sur des barges jusqu'au milieu du 19ème siècle. Un site stratégique pour la ville.
Bruit de train à vapeur, puis de camion
Le chemin de fer, puis le transport routier ont tout changé.
" En 1989, 90, les rives du Lez, c'était une voie rapide, à 4 voies ".
Nicolas Lebunetel, architecte.
La fin de la ville, avec des terrains vagues, des usines désaffectées ... la fin de la ville qui donnait sur le fleuve du Lez qui n'était pas encore complètement canalisé, qui débordait aussi assez régulièrement avec le stade Richter qui était de l'autre côté. Tout sauf un endroit où on voulait habiter, où même on imaginait que la ville puisse venir demain. On passe d'un statut de périurbain, un peu de fin de zone, à un statut de quartier de ville.
Nicolas Lebunetel aux côtés de Rob Krier, l'urbaniste en chef du quartier Consuls de Mer, est l'un des architectes chargés dans les années 90 de redessiner les bords du Lez. L'enjeu était de taille :
" Déjà c'était d'essayer d'approcher le plus possible du bord de rivière la façade urbaine. Et c'était ensuite de transformer toutes ces grandes avenues, ces grandes pistes, en rues de quartier avec des profils très civils, normaux. Et ensuite de venir créer le quartier véritablement sur les berges du Lez avec ces deux tours qui sont construites sur la route, qui sont un peu comme un signe : dire aux voitures, Stop ! Là vous n'êtes plus sur une voie de circulation de transit mais vous êtes dans un quartier. Prenez le temps et le pas du quartier d'habitation que vous traversez ".
Montpellier apprivoise donc le Lez. Des équipements hydrauliques sont réalisés pour gagner sur les zones inondables. Les berges sont aménagées. La ville s'étend avec un premier quartier : les Consuls de Mer. Et pas question de construire des immeubles tous identiques.
" Les immeubles de ville qui composent ces quartiers font entre 20, 30, 40 logements maximum, et sont chacun réalisés par un architecte différent.
Et c'est donc un vrai quartier de ville qui s'installe ici, à taille humaine avec des commerces. De l'autre côté du Lez, en face, sur le quartier Richter, un parc municipal est aménagé. Puis en 2000, Le premier tramway longe le Lez. Prochain arrêt : l'hôtel de ville.
Retour haut de page