Montpellier contemporain >

Médiathèque Emile Zola

Version mobile
English

Médiathèque Emile Zola

Coté nord, la lumière pour lire. Coté sud, l'ombre pour conserver en lieu sûr

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La médiathèque Centrale d'Agglomération Emile Zola
Elle est construite en 2000 par Paul Chemetov juste en face de la piscine olympique de Ricardo Bofill.
" C'est moi qui fait venir Ricardo Bofill en France dans les années 70... "
Ces deux grands architectes participent au concours pour réaliser la médiathèque.
Paul Chemetov, se souvient de la présentation du projet :
" Il sent bien que son oral ne s'est pas bien passé. Et quand il sort de la salle de délibération, il me fait un signe, le pouce en bas. Et il me dit : c'est pour toi ! " (rires)
Celui qui a été retenu a l'avantage d'avoir pu utiliser les fondations de bureaux prévus auparavant à cet emplacement. Mais il a fallu quand même renforcer cette base pour qu'elle supporte la médiathèque.
La médiathèque a un côté pile tout en vitre, et un côté face tout en béton. Et ça s'explique facilement :
" Une bibliothèque, elle a des salles de lecture, elle a des stocks. Si les stocks peuvent être assez opaques. Les pièces de lecture doivent être le plus vitrées possibles. Si possible au nord. Et donc j'adopte cette partition. Un bâtiment très massif de stock, sur un pas de 3 mètres orienté au sud celui là. Un bâtiment orienté au nord, sur un pas de 6 mètres, avec des mezzanines possibles qui sont laissées à la lecture. Et un entre-deux dans lequel sont logées toutes les circulations. Ce parti extrêmement clair marche depuis l'ouverture de ce bâtiment qui a été plébiscité par ses utilisateurs, ses lecteurs et ses conservateurs ".
C'est vrai que tout a été pensé pour le bien-être du lecteur. Avec les archives installées face aux salles de lecture, le système de distribution automatique des livres est encore plus rapide que celui de la Grande Bibliothèque de France à Paris.
Ici, comme pour la piscine de Ricardo Bofill, l'audace est aussi d'installer au coeur du quartier néoclassique Antigone, un bâtiment en très grande partie vitré. Pour l'esthétisme, mais aussi pour le bien de la planète.
" La qualité de ce bâtiment, c'est son économie énergétique. Montpellier depuis très longtemps a une politique d'économie énergétique anticipatrice. Il y avait un cahier des charges. Et nous avons réussi à faire que ce bâtiment par le fait que au sud on n'a pas trop d'apport solaire, que les pignons Est et Ouest sont traités avec des petits stores intégrés dans le verre ... ce bâtiment consomme tel qu'il est fini 30 % en moins que les impératifs du programme. Y'a pas besoin de normes, y'a juste besoin de bon sens. Sinon, c'est pas la peine de mettre des salles de lecture au sud derrière des vitrages et de chercher désespérément des rideaux et une centrale atomique pour climatiser un bâtiment ingérable".
En prenant le pari que cette médiathèque existera encore 100 ans après sa création, Paul Chemetov calcule même que l'énergie économisée aura remboursé intégralement la construction du bâtiment. Alors rendez-vous en l'an 2100.
Retour haut de page