Montpellier contemporain >

Hôtel de Ville - Architecture

Version mobile
English

Hôtel de Ville - Architecture

Le geste architectural de Jean Nouvel et François Fontès

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'architecture de l'Hôtel de Ville
Deux grands architectes ont imaginé et conçu la nouvelle mairie de Montpellier : Jean Nouvel et François Fontès. Leur idée ? Faire un Hôtel de Ville contemporain aux couleurs de la Méditerranée.
" Il est méditerranéen à travers un certain nombre de concepts. D'abord son positionnement urbain ".
François Fontès, architecte.
" Le bâtiment est positionné au fond d'une grande place. Un principe tout à fait classique. Tous les bâtiments issus de la pensée méditerranéenne ont été faits un peu sur ce principe là. Il est méditerranéen par ces grands patios intérieurs qui sont un petit peu la retranscription contemporaine des impluviums et des patios qu'on connaît dans l'architecture méditerranéenne depuis l'origine ".
La forme de l'Hôtel de ville peut surprendre. Ce parallélépipède de 40 mètres de haut est posé sur un plan d'eau. Ses détracteurs l'ont parfois comparé à un grand cube bleu. Mais selon François Fontès, le style de cette mairie est au contraire très classique :
" Pour moi, on est toujours dans le méditerranéen. Quand on connaît bien l'histoire de l'architecture de la méditerranée, on se rend compte que les plans quadrangulaires comme celui là, sont légions. Que ce soient les temples grecs, que ce soient les grands palais seigneuriaux de l'Italie comme le palais de la seigneurie à Florence ou le palais des Doges, ce sont des bâtiments parallélépipédiques avec par contre des surprises à l'intérieur. La surprise, c'est les grands patios, c'est ce travail sur la lumière qui couvre les deux grands patios. Tout ça, ce sont des principes méditerranéens mais réécrits contemporainement ".
Le chantier de la mairie est lancé en 2008. Il dure quatre ans. Après la construction de la structure en acier, le plus spectaculaire arrive : la lumière ! Les façades sont habillées en inox, en aluminium et en verre. Un travail de haute couture. Chaque façade est travaillée en fonction de son orientation.
Voilà pourquoi, au fil de la journée, selon la météo, le bâtiment change de couleur.
Lors de la construction du nouvel hôtel de ville, il a fallu aussi penser aux risques d'inondations.
" On était dans un endroit un peu délicat, à la confluence du Lez et d'un petit ruisseau (...) ce qui fait que de temps en temps il avait des crues. Donc il fallait déjà travailler ces contraintes techniques liées à l'inondabilité, mais liées également à la nature des terrains. Donc il y a des ouvrages en infrastructure qui sont assez complexes. Puis dans la mairie, il y a de grandes portées qui enjambent les patios intérieurs et qui sont quand même des ouvrages d'une technicité importante ".
En maitrisant le Lez et en jouant les reflets de l'eau, les architectes n'ont pas oublié que la couleur de Montpellier est le bleu. Elle domine ce bâtiment.
Et le vert ?
La nature, n'est pas oubliée. Un parc paysagé de 4 hectares se trouve derrière l'hôtel de ville. Des pins d'Alep, de la prairie, des chênes verts, des buis et des rochers.
Retour haut de page