Montgenèvre >

Eglise Saint-Maurice

Version mobile
English Italien

Eglise Saint-Maurice

Le col, sur une route dangereuse mais fréquentée, se dota très tôt d'édifices religieux

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le col, sur une route dangereuse mais fréquentée, se dota très tôt d'édifices religieux. A la sortie du village italien de Clavière, tout proche, se situe l'une des plus anciennes chapelles des Alpes. Construite dès le 4e siècle, elle était dédiée aux saints Protais et Gervais, protecteurs des voyageurs.
Au Moyen Age, la diffusion du Christianisme accentua la pratique des pèlerinages. Les chapelles érigées au 18e siècle : Notre-Dame-du-Col ou des Sept-Douleurs - à l'entrée ouest, Sainte-Anne - à l'est, et Saint-Roch - dans le village, s'ornent encore de coquilles, symboles de saint Jacques de Compostelle. En 1202, le seigneur Dauphin accorda la construction d'un hospice près de l'église paroissiale. Les voyageurs y reçurent gîte, couvert, et soins jusqu'à la fin du 19e siècle. 
L'église primitive fut détruite en 1706 par un incendie provoqué par les troupes du duc de Savoie. Le clocher maintes fois réparé, daterait du 12e siècle et conserve le style roman lombard avec une flèche ornée de 4 pyramidions aux angles. Sa hauteur lui conférait un rôle particulier de fanal la nuit et dans les jours de tourmente : cloches et lanterne à huile étaient suspendues à la potence toujours en place au sud.
Poussez le vantail de bois et entrez dans l'édifice. L'espace est constitué d'une nef unique, d'un chevet plat et d'une tribune de Pénitents garnie de bâtons et de lanternes de procession.
Les voûtes d'arêtes sont réalisées à la manière italienne avec des tirants de métal. L'ornementation à la fresque remonte au 19e siècle et a été restauré en 2005. Le mobilier religieux présente une vierge à l'enfant, entourée de saint Maurice, patron de l'église et saint Antoine abbé, la stigmatisation de saint François et une dation du rosaire à saint Dominique et sainte Catherine en présence de sainte Apollinie et de saint Jean-Baptiste, une vierge de miséricorde avec des pénitents en prière.
Retour haut de page