Mont Sainte-Odile >

Stèle Jean-Paul II

Version mobile
English Deutsch

Stèle Jean-Paul II

Deux papes sont venus en pèlerinage ici

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Stèle Jean-Paul II
Chaque année, le Mont Sainte-Odile accueille des dizaines de milliers de pèlerins, du plus humble au plus puissant.
Deux papes sont venus ici rendre hommage à Sainte Odile.
Tout d'abord, le plus près de nous : Jean Paul II, alors invité pour les 2000 ans de la fondation de la ville de Strasbourg.
C'était le 11 octobre 1988. Et l'heure tant attendue de la bénédiction de la plaine alsacienne :
" Que l'Alsace reste fidèle à l'héritage reçu et maintienne vivante sa générosité au service de l'église par de nombreuses vocations sacerdotales, religieuses. Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. " .
Le souverain pontife s'était avant cela recueilli sur le tombeau d'Odile, répétant un geste accompli 9 siècles plus tôt, en 1050, par Léon IX, le pape alsacien.
Durant trois jours, Jean-Paul 2 a parcouru l'Alsace et la Lorraine, visitant Strasbourg, Metz, Nancy, et le Mont Sainte-Odile...
Des pèlerinages, sur les pas du Pape en Alsace, existent aujourd'hui. La stèle avec le médaillon de bronze qui rappelle sa visite, placée à l'entrée de la cour des Pèlerins, a été réalisée par Gérard Ambroselli.
Un autre pape a eu une influence sur le rayonnement d'Odile : Pie XII. En 1946, c'est lui qui a proclamé Sainte-Odile " Patronne de l'Alsace".
Le mont est très cher au coeur des alsaciens, qu'ils soient pratiquants ou non, et beaucoup d'entre eux se sont mobilisés au milieu du 19ème siècle lorsqu'une grande souscription a été lancée pour que le couvent et le domaine environnant soient de nouveau propriété de l'église. En effet, le couvent était devenu bien national à la révolution puis avait été vendu en 1796 pour rester propriété privée jusqu'en 1853.
Jean-Paul II a perpétué cette tradition de spiritualité du lieu, en rendant hommage à celle que l'on invoque pour des maladies des yeux, elle qui était née aveugle avant d'être guérie de sa cécité lors de son baptême.
Retour haut de page