Mont Sainte-Odile >

Le tombeau dans la chapelle Sainte Odile

Version mobile
English Deutsch

Le tombeau dans la chapelle Sainte Odile

Un lieu de recueillement à travers les siècles

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le tombeau dans la chapelle sainte Odile
S'il peut parfois y avoir des doutes sur l'origine de certains tombeaux, tout converge ici pour affirmer que le celui qui est sous vos yeux est bien celui de Sainte-Odile... Un tombeau en pierre particulier. "Il est extrêmement curieux parce qu'il n'a pas de couvercle, le couvercle est dessiné. Marie-Thérèse Fischer est historienne, elle a fait sa thèse sur le Mont Sainte-Odile.
C'est tout simplement une espèce de tunnel en pierre. C'est très particulier comme façon de faire. Il est resté là pendant des siècles. Certains se sont étonnés que Sainte-Odile n'ait pas été mise dans un reliquaire, etc. mais parce que ça, c'était même sensé être l'endroit où elle était morte. Et on a remis le sarcophage à l'endroit où elle est morte. Elle s'est fait transporter dans cette chapelle qui était dédiée à Saint Jean-Baptiste, qui était son Saint préféré, et qui est d'ailleurs restée la chapelle Saint Jean-Baptiste pendant plusieurs siècles. Ce sarcophage est resté fermé jusqu'au 14ème siècle, lors de la visite de Charles IV, qui collectionnait des reliques de Saints de tout l'Empire pour sa Cathédrale de Prague, et c'est pour ça que l'avant-bras droit de Sainte-Odile se trouve à Prague, à l'heure actuelle il y est encore."
Depuis le début du 19ème siècle, les reliques étaient entreposées, non pas dans leur sarcophage, mais dans une pièce du couvent. En 1841, les frères Baillard, alors propriétaires des lieux, décident de les rendre à la dévotion des pèlerins. Ils les placent dans une chasse en bois et en verre, qu'ils déposent dans la Chapelle de la Croix, après les avoir solennellement menées en procession autour du sommet de la montagne.
Odile est célébrée à deux reprises : Et le 1er dimanche de Juillet qui rappelle cette procession organisée en 1841 pour la translation des reliques. Et le 13 décembre, jour de sa mort, et donc de sa montée au Ciel.
Retour haut de page