Mont Sainte-Odile >

Le cloître

Version mobile
English Deutsch

Le cloître

Un endroit clé pour la vie dans le couvent

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le cloître
Le cloître qui dessert les chapelles Sainte-Odile et de la Croix date du 17ème siècle. Il est parallèle à la Porterie. L'autre cloitre est construit, lui, en 1950 et réaménagé en 2006. Des ouvertures ont été percées pour laisser passer la lumière, donner une vue sur la cour du cloitre, et mettre en valeur des vitraux de toute beauté.
Essayons d'imaginer ici les allées et venues des religieuses il y a déjà plusieurs siècles. Si l'on remonte à l'époque d'Odile, on sait peu de choses, si ce n'est que les règles étaient très strictes et les conditions de vie fort rudes en haut de ce rocher...
La deuxième période importante pour le couvent aura lieu au temps des Prémontrés. Un ordre religieux né au 12ème siècle, et sollicité par l'abbesse Herrade pour servir de chapelains...C'est un prémontré qui assurera seul le pèlerinage après l'incendie de 1546, quand les chanoinesses auront été dispersées... Une communauté de Prémontrés, érigée en prieuré, demeurera au Mont jusqu'à la révolution.
Vous l'avez compris, ce sont eux qui ont construit le couvent actuel, mais aussi le grand bâtiment de l'entrée, avec son porche si caractéristique... Mais qui sont les prémontrés ? Réponse avec l'historienne Marie-Thérèse Fischer.
" La vocation des prémontrés, depuis leur fondation au 12ème siècle, c'est la pastorale, donc l'accueil des pèlerins. Donc la confession. La confession a un très grand rôle au Mont Sainte-Odile jusqu'à la Révolution... Le chant au choeur, la louange, et le dialogue avec les voyageurs, avec les pèlerins, et très souvent, on a des récits de pèlerins, surtout au 18ème, parce qu'au 17ème on n'en a pas beaucoup, qui manifestent d'un dialogue avec les religieux qui étaient là-haut."
Le prieuré des Prémontrés verra sa fin avec la Révolution Française et la vente des biens du Mont Sainte-Odile... Mais depuis le retour dans le giron de l'évêché de Strasbourg, au milieu de 19ème siècle, le site a retrouvé sa vocation d'accueil, dans la droite ligne de l'héritage d'Odile. Avec en plus, le confort moderne.
Retour haut de page