Mont Sainte-Odile >

Cadran solaire

Version mobile
English Deutsch

Cadran solaire

Un exploit mathématique pour réaliser ce "cadran" à 26 faces

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le cadran solaire
Vous êtes devant une véritable prouesse mathématique et astronomique... Selon la position du soleil et la date, chaque petit cadran peut jouer son rôle: indiquer l'heure.
Ils sont 26 en tout, pour différentes régions du monde... C'est de fait, bien plus qu'un simple cadran solaire... Les explications de l'historien Jean-Marie Le Minor.
"Alors on dit souvent le cadran solaire, mais ce n'est pas un cadran solaire, c'est un monument gnomonique, puisqu'un cadran solaire c'est une surface plane, avec un seul élément de mesure horaire, alors que là, c'est quelque chose qui est volumique, qui a 26 faces, qui est polyèdre, et du coup ça s'appelle un monument gnomonique... En Grec, un Gnomon, c'est un instrument qui sert à mesurer l'heure.
Parfois on dit que certaines faces ne sont pas fonctionnelles, et en fait suivant les jours de l'année et la position du soleil, toutes peuvent être éclairées, donc toutes peuvent, à un moment de l'année, donner l'heure. Et celle qui est orientée vers le sud, qui est donc la face du monument, va donner l'heure locale, donc l'Alsace.
C'est un monument qui est exceptionnel, il n'y a pas d'équivalent en France ou en Europe... Derrière il y a beaucoup, beaucoup de calculs... La création de l'objet est une prouesse mathématique en soi."
Ce monument, pour sa partie haute, date du 18ème siècle... Il avait été installé dans l'abbaye de Neubourg, dans le nord de l'Alsace... Cette abbaye, au moment de la Révolution, est rayée de la carte, et l'ensemble de son mobilier et de ses ornements est disséminé un peu partout dans la région... Ce cadran va arriver dans les jardins de l'évêché à Strasbourg et y rester environ un siècle... En 1935, au moment de la restructuration des terrasses du Mont St-Odile, l'architecte Robert Danis décide de l'installer à cet endroit, et construira le socle cylindrique sur lequel il repose.
Vous pouvez lire sur le socle une inscription en latin, d'une grande beauté poétique. En voici la traduction : "Tu vois comme l'ombre, en fuyant, indique nos heures; une ombre régit les ombres, nous ne sommes que poussière et ombre."
Le jardin botanique de Strasbourg possède lui aussi un monument de ce type à la grande différence qu'il n'indique que l'heure locale...
Celui que vous observez garde donc son caractère unique.
Retour haut de page