Mont Saint-Michel, merveille de l'occident >

L'abbaye

Version mobile

L'abbaye

A l'intérieur d'une merveille. Euh Padon, de LA Merveille

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à l'intérieur de la Merveille. Il s'agit d'un monastère gothique qui date du 13ème siècle. Au dernier étage de la Merveille, un jardin. C'est le cloître, les moines viennent s'y promener. Une porte permet de se rendre du cloître au réfectoire. Selon la règle de Saint Benoît, cela doit se faire en silence, seule la voix du moine qui lit les évangiles résonne. Sous le réfectoire, la salle d'hôte où les rois et seigneurs sont reçus. Au même étage, la salle des Chevaliers, créée par Louis 11 pour l'ordre des chevaliers de Saint Michel. Ils devaient s'y réunir une fois par an, mais cela n'est jamais arrivé ! En dessous l'aumônerie, qui sert à accueillir et nourrir les pèlerins.
Ce n'est pas la première construction du Mont Saint Michel ?
Non, la première construction date du 8ème siècle. Il s'agit d'une petite église bâtie pour y accueillir une communauté de chanoines. L'essor de l'abbaye ne se fera qu'au 10ème siècle avec l'installation de moines bénédictins. Au fil des siècles, l'abbaye devient un véritable lieu de rencontre, c'est un carrefour politique et intellectuel.
La construction de la Merveille est une démonstration de tout le savoir faire et de la maîtrise des bâtisseurs du Moyen Âge. Le schéma de construction est unique car les bâtiments sont littéralement enroulés autour du rocher sur lequel ils reposent.
L'abbaye a connu un passé tumultueux ?
Bien sûr, après avoir résisté à toutes les guerres du Moyen Âge, elle a bien failli être détruite sous la Révolution. A cette époque, tous les biens du clergé sont déclarés propriété de l'état. L'abbaye est transformée en prison ce qui lui évitera d'être détruite. Son statut d'abbaye ne lui sera rendu qu'au milieu du 19ème siècle.
Retour haut de page