Mateship and Cobbers à Fromelles >

Australian Memorial Park

Version mobile
English Néerlandais Deutsch

Australian Memorial Park

Un mémorial australien construit sur la première ligne allemande de l'époque.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Vous êtes en plein sur la première ligne allemande!
Quoi ? Pardon!
Désolée je ne voulais pas vous déranger. Mais vous étiez tellement penché sur la carte.... Impossible d'y jeter un oeil. Du coup je voulais vous indiquer que l'Australian Memorial Park est situé sur l'ancienne première ligne allemande. Au cas où vous n'auriez pas compris
Ah! Navré. Guillaume Naylor.
Sue Seymour.
Anglaise?
Australienne. De Melbourne. Je suis venue pour les cérémonies.
Vous aviez l'air perdu dans vos pensées.
En fait, je me souvenais de certains passages du journal de guerre de mon arrière-grand-père.
Il a servi ici?
Oui. Il était brancardier. Regardez.
guillaume feuillette le journal et commence à lire. Sa voix va être couverte par celle d'Andrew
24 juillet 1916
Les prévisions les plus sombres n'auraient pu prévoir pareil carnage. On croit qu'on en sait long sur l'enfer de la guerre mais l'horreur se plait toujours à nous en apprendre davantage.
A 18 heures, le 19, après 7 heures de bombardement incessant, l'assaut est donné.
Les deux divisions engagées, la 61eme britannique et la 5ème australienne, s'élancent sur un no man's land détrempé par les pluies d'orage des jours derniers. Pour la majorité des hommes, c'est le baptême du feu. Les Australiens étaient arrivé en Europe les mois précédents.
Face au pain de sucre, ils sont cloués sur place en moins d'un quart d'heure par les mitrailleuses allemandes que nos obus paraissent n'avoir pas effleurées.
Au sud, même sort funeste pour les tommies.
Au nord, là où le no man's land est le plus étroit, 100 mètres environ, les australiens parviennent à enfoncer la première ligne ennemie. Ils progressent, tentent de consolider leurs positions, on leur envoie des renforts mais vers minuit les bavarois lancent une série de contre-attaques.
On se bat au corps à corps dans l'obscurité, la brume et les fumées d'explosion. Isolés, les australiens risquent d'être encerclés. Vers 7 heures du matin on sonne le repli mais les pauvres diables sont de nouveau fauchés en tentant de rejoindre leurs tranchées.
dernier coup de feu qui résonne
Quand le jour s'est levé, le no man's land était jonché de morts et de blessés agonisant.
Ce récit est bouleversant Guillaume. D'autant que je dois vous le dire : mon arrière-grand-père est mort à Fromelles. Son corps n'a jamais été retrouvé. C'est pour lui que je suis ici aujourd'hui.
Retour haut de page