Lijssenthoek la mort au quotidien >

Talbot House

Version mobile
English Néerlandais Deutsch

Talbot House

Face aux tombes d'officiers morts peu après avoir séjourné à Talbot House

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
En fait , Au début de la guerre, on enterrait les officiers à part. A la première rangée de chaque nouveau parterre. Vous pouvez constater qu'il y a plus d'espace entre les tombes des officiers qu'entre celles des soldats. C'est parce qu'ils avaient droit à un cercueil. Tandis que les soldats étaient mis en terre enveloppés d'une simple couverture. A deux dans la même fosse. Voilà. Et jusqu'au parterre 16, ne reposent dans la première rangée que des officiers.
Là si j'ai bien compté, on est au parterre 5.
Exact. Il a la "macâbre" particularité d'abriter dans sa première rangée les tombes de 5 officiers morts juste à leur retour de permission. On a retrouvé leur nom dans le registre de Talbot House.
Ah Talbot House! Jane en parle aussi dans ses lettres. Si j'ai bien compris c'était une sorte de "Club" à Poperinge.
Oui. Plutôt une maison où les hommes logeaient et se reposaient en attendant leur permission.
Dans mon souvenir, elle en a même rencontré l'aumonier.
Ah oui! Le Révérend Philip...
Philip Clayton. Il se recueillait sur la tombe du sous lieutenant John Gamble. Un jeune homme originaire de Derby qu'il avait croisé à Talbot House début mars 1916, au retour de sa dernière permission. Sa dernière car le malheureux a été tué peu après.
Grand Dieu, Andrew. Voilà un an que tu n'as eu de permission et plus d'un mois que je suis sans nouvelles. Tu étais alors en Artois. Puisses-tu être en bonne santé et dans un secteur sûr! Avec le révérend, nous avons prié pour toi.
AMEN
On peut toujours visiter Talbot House et même y dormir.
Ah tiens. J'irai y faire un tour.
Mais pour en revenir à l'organisation du cimetière. Vers la fin août 1917, Passchendaele bat son plein. La troisième bataille d'Ypres si vous préférez. Le nombre de victimes explose. On ne peut plus placer les officiers sur une rangée spéciale. C'est un lieutenant écossais, Ronald Ross Douglas, qui le premier, est enterré entre deux soldats. Dans la rangée en cours du parterre n°18. A partir de ce moment, officiers et soldats ne seront plus jamais séparés.
Retour haut de page