Lijssenthoek la mort au quotidien >

Nellie Spindler

Version mobile
English Néerlandais Deutsch

Nellie Spindler

Devant la tombe de la seule femme enterrée à Lijssenthoek.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Voici la tombe de Nellie Spindler, la seule femme enterrée à Lijssenthoek. .
Oui. Je me souviens bien d'elle. Elle est morte en août 17. Jane en parle longuement. Bien qu'elle ne l'aie jamais rencontrée, son décès l'a beaucoup touchée.
Aujourd'hui nous avons enterré l'une des nôtres avec les honneurs militaires. Une infirmière, tuée par un bombardement allemand. Une certaine Nellie Splinder. Ca nous a toutes rendues malades. Depuis la mi-août, les avions ennemis s'attaquent à nos hôpitaux. Lijssenthoek a été frappé le 17 dans la soirée. Quatre jours plus tard c'était au tour de l'hopital, installé à Brandhoek, sur la route de Poperinge à Ypres. Le matin cette fois. Vers 11 heures. La jeune fille dormait encore. Un éclat de bombe lui a transpercé le dos. Elle est restée consciente quelques instants avant de sombrer puis de mourir un quart d'heure plus tard.
Brandhoek a été évacué et ses 300 patients transférés ici à Remi Farm ainsi que la dépouille de Nellie, placée dans la morgue de notre hôpital. Une de ses collègues, profondément peinée, m'a longuement parlé d'elle. Elle était originaire du Workshire où son père était brigadier de police. Elle exerçait dans un hôpital militaire près de Birmingham avant d'être envoyée au front en mai 17. Voilà 4 mois à peine. La malheureuse avait 26 ans.
Nellie Spindler appartenait à une unité d'infirmières appelée le Queen Alexandra's Imperial Military Nursing Service. Pour l'intégrer, chaque candidate devait prouver qu'elle était de bonne famille. Il lui fallait au moins trois ans d'études d'infirmière derrière elle et être âgée de 25 à 35 ans. Quand le conflit éclate, cette unité comptait 297 infirmières. Durant la guerre, le nombre de femmes engagées a atteint les 12 000.
Retour haut de page