Lijssenthoek la mort au quotidien >

Entrée du cimetière

Version mobile
English Néerlandais Deutsch

Entrée du cimetière

La monumentale entrée de l'un des plus grands cimetières du Commonwealth en Belgique.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Lijssenthoek Military Cemetery. 1914-1920.
1920? Bizarre! Le conflit s'arrête en 18 que je sache!
C'est la date 1920 qui vous intrigue jeune homme?
Euh oui!
Ca en étonne plus d'un en fait. Et je sais de quoi je parle. Ca fait plus de 30 ans que je suis jardinier ici. Tom Aernouts.
Guillaume Naylor.
Enchanté. Si je peux vous renseigner?
Ben bien volontiers.
Voyez-vous, l'histoire médicale de Lijssenthoek ne s'arrête pas à l'armistice. Au printemps 1919, il reste un CCS ici. Auquel est venu s'ajouter un hôpital de 400 lits qui s'occupe des malades et des blessés durant la démobilisation. L'activité du cimetière n'a pas cessé avec la fin des combats vous savez.
Tenez, le dernier homme enterré ici c'est un jardinier. Simpson Meldrum, mort d'une hémorragie en juin 1921. Ancien fusillier royal, il faisait partie, après guerre, des unités en charge de l'aménagement des cimetières militaires.
Celui de Lijssenthoek a été dessiné par Sir Réginald Blomfield non? L'architecte à qui on doit la croix du sacrifice? La grande croix avec une épée? Je l'ai vue dans presque tous les cimetières du Commonwealth que j'ai visités.
Parfaitement. Blomfield était célèbre en Angleterre. Il a imaginé un vrai havre de paix. Avec des lignes épurées, des sentiers bien structurés...
Et particulièrement ombragés.
Oui. Il y a beaucoup d'essences d'arbres sur les 4 hectares du cimetière : ginkgo biloba, bouleaux, liquidambars et puis surtout les cèdres du Liban.
Ah oui! A côté de la Pierre du Souvenir ...
Oui. Ce sont les premiers à avoir été plantés. En 1922. Walter Sutherland y était. Encore une histoire de jardinier! Sutherland était un brancardier canadien marié après guerre avec la fille du patron du Boonaert, le café d'à côté. Il est devenu l'un des jardiniers du cimetière de l'hôpital où il avait travaillé. Aujourd'hui on est quatre à nous occuper des lieux. D'ailleurs c'est ma pause. Si vous voulez on fait le tour.
Avec joie. Et moi je vous parlerai de mon arrière grand mère. Elle était infirmière ici.
Ca alors! Je crois qu'on va bien s'entendre jeune homme.
Retour haut de page