Lijssenthoek la mort au quotidien >

Armistice

Version mobile
English Néerlandais Deutsch

Armistice

Devant la tombe d'Albert Bogg, mort le jour de l'armistice.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
11 novembre 1918
Andrew mon chéri, cette sale guerre est enfin finie. J'ai appris la nouvelle par les crieurs de journeaux. Juste avant toutes les cloches de Londres s'étaient mises à sonner. La presse raconte que l'armistice a été signé dans un wagon à Compiègne très tôt ce matin. Et qu'au front le cessez-le-feu a retenti à 11 heures. Accueilli par les hourras de tous les soldats. Mais je suis sotte. Tu sais tout cela. Je suis tellement émue.Tellement impatiente de te revoir. Tellement soulagée après toutes ces terrribles années. Londres est en liesse, tu sais. Tu verrais ça. Bientôt, mon amour, très bientôt...
Albert Bogg. Mort le 11 novembre. Ca n'a pas été la fête pour tout le monde.
Non c'est sûr.
C'est idiot de dire ça, mais mourir le jour du cessez-le-feu c'est vraiment pas de chance.
La veille Bogg était à Grammont, en Flandre orientale. Le commandant de son bataillon a été grièvement blessé. Bogg s'est porté à son secours. C'est une fois à l'abri qu'il s'est aperçu qu'il était lui-même touché. Un éclat d'obus logé dans un poumon. Evacué à Remi Farm, à 100 kilomètres de là, il meurt le 11 novembre. Laissant derrière lui une femme et un bébé de 3 mois.
Une nouvelle veuve comme des centaines de milliers d'autres.
Peut-être était-elle de celles qui sont venues à Rémi Farm après guerre. En 1923. Le premier pélerinage organisé sur les " flanders fields ", les champs de bataille des Flandres. C'était un dimanche des rameaux
Oui, j'ai retrouvé un article de l'époque. Dans le Daily Express. La journaliste décrit le cortège : plus d'un millier de personnes, essentiellement des veuves de guerre mais aussi de veilles femmes qui, écrit-elle, n'auraient pas même traversé la rue chez elle et qui avaient franchi la manche pour venir rendre hommage à leurs morts. Ça finit par cette belle formule :...
..." seul l'amour va si loin. "
Moi Tom c'est votre passion qui m'a emmené loin. J'ai appris beaucoup de choses capitales pour mon projet. Je ne sais comment vous remercier pour cette visite si savante. Vous ne seriez pas historien plutôt que jardinier. Avouez !?
Retour haut de page