Les batailles d'Artois au Mont-Saint-Eloi >

Tours de l'abbaye

Version mobile
English Néerlandais Deutsch

Tours de l'abbaye

Les tours de l'abbaye ont été détruites pendant la guerre où elles servaient de poste d'observation.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous ne devrions pas rester là trop longtemps. Parfois, sans trop qu'on sache pourquoi, un peu par habitude, les boches bombardent les ruines et le quartier environnant.
Mais les tours ont été détruites quand?
Oh! Progressivement, mais dès le début de la guerre. Dès octobre 14 je crois. Et là cette année un bombardement a fini d'en démolir le sommet. Elles ont bien perdu une dizaine de mètres. Evidemment, c'était un poste d'observation idéal pour nos troupes.
D'ailleurs on a longtemps cru qu'il y avait un espion parmi nous. Dès qu'un guetteur se postait dans les tours, on se faisait bombarder.
Et puis on a compris! C'étaient la faute des oiseaux qui nichaient là haut ! En montant, nos soldats les faisaient fuir. Les oiseaux s'envolaient et les allemands étaient prévenus. Alors ils pilonnaient.
Vous savez, ces tours mutilées sont devenues un vrai symbole. On en a fait des cartes postales qui circulent sur le front. Pour illustrer la barbarie de l'ennemi.
Je passai la fin de journée avec Angélique à essayer de la rassurer quant à l'avenir. Quoique moi-même bien incertain de ce que nous réservait le destin.
Dès le lendemain je reprenais mes activités d'observation du système sanitaire de la 10ème armée française dans le secteur. La relève britannique allait s'effectuer dans quelques mois Je devais repérer et évaluer le terrain. Je partis inspecter le poste de secours du hameau d'Ecoivres, juste au pied de la colline. Je prêtai main forte au cimetière installé juste à côté. Il est près de la voie ferrée qui emmène le ravitaillement vers les zones de combat, mais surtout ramène les morts et les blessés. Ce secteur sera bientôt sous notre responsabilité et je crains de voir enterrés nombre de mes compatriotes sous l'oeil de ses tours délabrées.
Les tours ont été classées monuments historiques en 1921. Comme l'église d'Ablain Saint-Nazaire, au pied de Notre Dame de Lorette. Détruite, elle, par les bombardements français. En conservant ces deux ruines, les autorités françaises voulaient en faire les symboles des ravages d'une guerre dont on espérait qu'elle serait la der des der.
Retour haut de page