Les batailles d'Artois au Mont-Saint-Eloi >

Panorama

Version mobile
English Néerlandais Deutsch

Panorama

Panorama historique des batailles d'Artois depuis le belvédère de Notre Dame de Lorette.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
1er novembre 1915
Me voici en Artois. J'écris ces lignes depuis Lorette d'où je domine le front. La plaine arrageoise est labourée par les combats.
Bon. Le paysage a changé évidemment. Mais à un siècle de distance, c'est exactement le même point de vue. Ca ferait un super panoramique d'ouverture pour mon film. Idéal pour bien visualiser la scène des batailles de l'Artois et comprendre leur chronologie.
Face à moi, Arras qui fait saillant dans les lignes allemandes. La ville est réinvestie par les français en octobre 14, après la bataille de la Marne. En mai 15 ils ont repris aussi l'éperon de Lorette et Neuville St Vaast. Mais les allemands restent sur les hauteurs de Vimy, là bas à gauche.
Les britanniques, eux, arrivent dans le secteur en mars 1916. Ils viennent relever les français en partance pour Verdun. Andrew, lui, est arrivé à Lorette six mois avant ses compatriotes.
3 Novembre 1915
Le mont Saint Eloi. Première étape de ma mission: observer les services sanitaires français avant l'arrivée de nos troupes. Je viens d'arriver au village, du moins ce qu'il en reste. Les allemands l'ont copieusement pilloné. Surtout la vieille abbaye.
On aperçoit encore ses deux tours, là bas sur la droite.
Andrew rejoint ensuite le secteur de Neuville Saint Vaast, un peu à droite de la crête de Vimy, dans l'alignement d'Arras.
10 décembre 1915. Jamais on n'a pataugé dans autant d'eau. Si on ne sort pas bientôt de ces tranchées inondées c'est la noyade assurée.
Andrew quitte plus tard le secteur direction la Somme puis le Nord. Il y reviendra en 17 pour la bataille d'Arras.
8 avril 1917. L'assaut est pour demain matin. On va enfin revoir la lumière du jour. Mais à quel prix! N'empêche, ça fait des jours qu'on vit dans les profondeurs de ces carrières. Certains commencent à étouffer.
Le front allemand est enfoncé, Arras désenclavé. Vimy aussi est pris. Andrew ira y faire un tour au lendemain de la victoire des canadiens.
Voilà! Un sacré parcours qu'il ne me reste plus qu'à suivre. Un beau périple en perspective.
Retour haut de page