Du bout du monde...à Beaumont Hamel >

Première ligne allemande

Version mobile
English Néerlandais Deutsch

Première ligne allemande

Face aux lignes alliées, la première tranchée allemande qui défend le ravin Y.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Bonjour. Excusez moi. Vous êtes allemand?
Et vous : voyant?
Non... mais c'est le guide de voyage qui dépasse de votre poche ...
Elémentaire mon cher...?
Guillaume. Guillaume Naylor.
Ulrich Leinsdorf.
Je ne voulais pas vous froisser. Je trouvais assez " symbolique ", disons, la présence d'un allemand aujourd'hui, précisément sur la première ligne allemande de 1916.
En fait, je prépare une visite avec des élèves. Je suis professeur d'histoire dans un lycée de Stuttgart. On est jumelés avec un établissement alsacien pour préparer l'Abibac. Le baccalauréat franco-allemand, pour faire vite.
A Stuttgart ?
Oui, la plupart des soldats qui ont servi au ravin Y venaient de cette région. Les hommes du 119ème régiment d'infanterie de réserve. Des hommes expérimentés. La 26ème division de Wurtemberg, dont ils faisaient partie, tenait le secteur depuis octobre 14. Très vite, elle fortifie le village et construit tout un réseau de tranchées et de souterrains sur les points stratégiques.
Comme au ravin Y justement.
Exactement. En fait, ce ravin est une vraie forteresse souterraine avec dortoirs, poste de secours, cuisine, dépôt de munition. C'est une sorte de cuvette naturelle en forme de Y et dans laquelle les allemands ont creusé des galeries qui mènent directement en première ligne.
Du coup les bombardements anglais ne les ont pas vraiment "gênés".
Non, les lignes elles-mêmes ont soufferts mais les troupes étaient enterrées, profondément protégées dans le ravin. Qui est demeuré presque intact en vérité. D'autant que depuis le printemps, les allemands se doutaient que les forces de l'Entente préparaient une grosse offensive dans la Somme. Alors, dès que la mine Hawthorn a explosé, les soldats sont sortis des souterrains pour rejoindre la première ligne aménagée sur une pente, et donc presque invisible. Pendant ce temps leurs mitrailleuses prenaient les assaillants en enfilade faisant les ravages que l'on sait.
Mais il faut avancer pour mieux comprendre la nature et le relief des lieux. Ca saute aux yeux du côté du monument de la 51ème division des Highland. Si vous voulez, je vous y emmène. On peut se dire "tu", non?
Ok. Je te suis.
Retour haut de page