Maubeuge : fortifications >

Le mur d'escarpe, la face du bastion

Version mobile
English Néerlandais

Le mur d'escarpe, la face du bastion

Résister à l'artillerie adverse...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le mur d'escarpe, la face du bastion
Vous êtes sur le parapet
Le parapet est un massif gazonné où se succédaient les emplacements de tir à découvert. Le parapet donc, surmonte le mur d'escarpe. Mur qui a la particularité d'être plus haut et plus droit que celui qui lui est opposé, et que l'on nomme " contrescarpe ". Sa hauteur atteint une dizaine de mètres.
Cet ensemble fortifié fait partie de ce que l'on présente comme " le premier système de Vauban. Ce système était composé de 7 bastions à orillons.
heu... orillons ?
Une forme arrondie qui ressemble à une petite oreille et protège le flanc du bastion des tirs ennemis. Les bastions sont accolés à la muraille protectrice de la ville, appelée courtine, afin de la protéger de l'extérieur.
Quant au " bastion ", il s'agit d'un ouvrage de maçonnerie de forme pentagonale, surmonté d'un cavalier, qui résiste aux coups de canons et qui protège l'artillerie.
On m'avait dit que les bastions étaient une invention italienne ?
Oui au 16e siècle en effet, les ingénieurs italiens l'avaient inventé pour remplacer les tours qui comportaient des angles morts ;
L'idée a ensuite été reprise et modernisée par Vauban.
Légèrement sur votre droite, faisant un angle d'environ 120? avec la muraille de contrescarpe, vous apercevez une demi-lune, sorte de pointe saillante du rempart. Vous la voyez ?
C'est le Pont dormant qui relie cette demi-lune à la Porte de Mons.
Et de l'autre côté du Pont, vous voyez le corps de garde.
L'ensemble fortifié est entièrement cerné de fossés.
Faites demi-tour, revenez à la Porte de Mons et passez sous sa voûte. Vous empruntez alors un passage pavé. Il constituait l'une des deux voies d'entrée et de sortie de Maubeuge où circulaient autrefois cavaliers, piétons et carrioles.
Voyez-vous sous la voûte la monumentale porte en chêne ? Eh bien, dès le 17e siècle, on la fermait chaque jour en même temps que le pont-levis. Et attention, à horaires fixes : de 22h à 6h du matin !
Entre la porte en chêne et le système de levage du pont-levis restauré au 19e siècle, si vous levez les yeux, vous découvrirez l'emplacement d'une grille avec de fortes pointes. Vous savez comment on l'appelle ? Une " herse " ! Les soldats l'utilisaient pour empaler l'ennemi en cas d'assaut.
Ça fait froid dans le dos...
Traversez le pont-levis et retournez-vous pour admirer la façade principale de la Porte
Avec ses décors, cette façade me fait penser au style baroque ...
En effet, elle témoigne de la grandeur de Louis 14.
Vous voyez l'écu de la ville qui orne la façade ? Il est composé de 3 fleurs de lys qui symbolisent la Royauté et d'un ensemble d'armes appelé " trophée ". Regardez bien à présent les 4 grands rectangles de pierre bleue. Ceux-ci devaient être décorés de statues et de bas-reliefs à la gloire du roi Soleil. Malheureusement, faute de moyens, les décors ne furent jamais réalisés...
L'inscription en latin sur la porte commémore la fin des travaux. Je vous la traduis ? " Louis le Grand, Roi très chrétien, triomphant des Belges, des Séquanes et des Germains, dans sa durable majesté, afin d'opposer la capitale du Hainaut un rempart proche et solide, a entouré cette ville de fortifications et d'ouvrages de défense. L'an du Christ 1685. "
Retour haut de page