Maubeuge : coeur de ville >

Buste de Mabuse, la Sambre, le Mail

Version mobile
English Néerlandais

Buste de Mabuse, la Sambre, le Mail

Jean Gossaert, dit Mabuse, est originaire de Maubeuge. Sa statue précède la Sambre, rivière parcourant Maubeuge, et est installé dans le quartier du Mail.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le buste de Mabuse
Il a été sculpté par Léon Fagel au début du 20e siècle.
Quel personnage incarne-t-il ?
Le peintre Jean Gossaert, dit Mabuse qui réalise au 15e siècle des sujets religieux et mythologiques caractéristiques du maniérisme gothique. Il peint notamment à la cour de Philippe de Bourgogne.
Le peintre Mabuse voit le jour à Maubeuge vers 1478. Et bien que la ville ne possède aucun de ses tableaux, son souvenir est toujours très présent. Savez-vous que depuis 1904, un cortège carnavalesque qui porte le nom de Mabuse défile chaque année dans les rues? D'ailleurs, un géant a même été créé en son honneur en 1994 !
Pour découvrir La Sambre prenez sur votre droite et longez l'avenue près de la rivière.
Derrière le buste de Mabuse, coule la Sambre, rivière qui prend sa source en Thiérache et se jette 190km plus loin, dans la Meuse, à Namur. La Sambre voyage ainsi hors de France et traverse en Belgique les jolies communes de Lobbes et de Thuin que nous vous invitons vivement à découvrir.
En 1836, La Sambre est canalisée. Savez-vous pourquoi ? Pour permettre le transport lourd du charbon ou de minerai en provenance de Belgique. Dans un premier temps, vers le bassin métallurgiste de Maubeuge-Ferrière-Hautmont.
Lors de la Révolution Industrielle, les hauts-fourneaux et les laminoirs se multiplient à Maubeuge dans le quartier de Sous-le-bois. Après la 2nde Guerre Mondiale, plusieurs industries sidérurgiques et métallurgiques s'installent dans le bassin de la Sambre.
Hélas, le bassin subit une forte récession dans les années 60. Mais l'usine MCA, filiale de Renault, apporte un second souffle à l'activité industrielle de Maubeuge.
Le Mail de Sambre
Regardez bien à présent l'ensemble d'habitations et de commerces qui longent la Sambre. On l'appelle le Mail de l'architecte André Lurçat. Vous vous souvenez ? C'est le nom de l'architecte qui offre un nouveau visage à Maubeuge lors de la reconstruction d'après guerre.
Le mail désigne généralement une avenue bordée d'arbres destinée à la promenade publique. Mais Lurçat, lui, réutilise les standards et les thèmes édictés pour la reconstruction : l'utilisation du béton et de la brique en parement, les toitures-terrasses, les loggias à l'étage, les commerces au rez-de-chaussée... Imaginez cette avenue en 1956, elle est plantée de peupliers et de saules pleureurs. Et Lurçat réconcilie les Maubeugeois avec la Sambre, car auparavant, toutes les constructions tournaient le dos à la rivière ! Et les avancées des commerces rappellent les cabines des péniches qui transitaient sur la rivière.
Vous voyez sur la rive opposée une maison dont la façade est biseautée ? C'est celle de l'éclusier. Elle est construite après la canalisation de la Sambre et détruite pendant la 2nde Guerre Mondiale. Mais à la demande des Voies Navigables de France et avec l'accord d'André Lurçat, une nouvelle maison d'éclusier est construite en 1949. La fonction de cette belle maison est alors d'autoriser le passage des péniches.
Retour haut de page