Amélie au pays de Matisse >

La graineterie

Version mobile
English Néerlandais

La graineterie

C'est là qu'Emile préparait les commandes de graines.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Toi qui est si terre à terre, cette pièce va sans doute te plaire. Ici pas de place pour le rêve.
C'est là qu'Emile préparait les commandes de graines.
Et tu sais tout je suppose du métier de grainetier.
Carrément ! Ca consiste à préparer les commandes des clients. Il faut trier les grains venus des coopératives. Et puis les mettre en sachet et après les livrer.
Bravo. C'était un métier très lié à la nature, aux saisons qui ont d'ailleurs beaucoup inspiré l'artiste Matisse.
Toutes les machines que tu vois là sont d'époque. Ce sont celles d'Emile. Celles sur lesquelles Henri aussi a sué.
Avec Auguste, son frère, ils donnent souvent un coup de main.
Ca devait pas être facile. Outrée Moi je porterais plainte contre mes parents s'ils me faisaient faire un truc pareil !
Imagine un peu le bruit. La poussière.
(tousse) pouèrk quelle horreur
Les céréales sont stockées au grenier. Elles tombent par un trou dans un gros tambour mécanique qui les mélange. Elles se déversent ensuite dans les silos en bois terminés par ces sacs de toile. Le grainetier n'a plus qu'à se servir.
Donc en fait, à chaque étape les grains se rapprochent du rez-de-chaussée. Et en bas ils sont prêts pour la vente.
Exactement. Et toutes les autres machines que tu vois, la trieuse, le moulin à farine facilitaient la vie du grainetier.
Réfléchit Logiquement... Henri aurait dû prendre la succession de son père...
Oui mais sa santé est trop fragile. Du coup c'est Auguste, son frère cadet, qui reprend l'exploitation familiale. Et Henri est envoyé à Paris pour étudier le droit et devenir notaire...
Ah ça ça me plait
Chut. En 1889, il assiste un avocat de Saint Quentin. Mais un an plus tard, à 20 ans, sa santé va encore en décider autrement. Il reste longtemps à l'hôpital pour une hernie, sa mère lui offre une boite de peinture. Alors il n'a plus que ça en tête: peindre. Il s'invente une première signature: Essitam.
Mais c'est une anagramme ! Son nom est à l'envers !
Oui. Le sésame pour entrer dans une nouvelle vie. Viens on va voir les chambres maintenant
Oui mais tu restes tranquille ! Tu t'agites un peu trop Louis !
Retour haut de page