Amélie au pays de Matisse >

La cour et l'écurie

Version mobile
English Néerlandais

La cour et l'écurie

Ici c'est la cour avec l'écurie.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
sûre d'elle Ici c'est la cour avec l'écurie. Le domaine d'Emile, le père de Matisse. Il avait le sens du commerce et l'entreprise familiale s'est agrandie, ils avaient jusqu'à une dizaine de chevaux.
sort de la poche Laisse-moi sortir, j'étouffe là-dedans...
Ah oui tu dis vrai.
Je me souviens. nostalgique Emile travaille dur. Il commence sa journée à 5 heures et part avec son attelage faire la tournée des fermes pour les fournir en grains, semences et fourrage. Il revient tard le soir. Avec Henri, on l'observe souvent depuis la chambre : dételer les chevaux, les nourrir...

Railleuse Oui mais Bohain c'est pas " La petite Maison dans La prairie " ! Y a des usines à l'époque que je sache !
Compréhensif Exact. L'agriculture fait place à l'industrie. On fabrique du tissu. Bohain devient un centre textile important, une capitale de la haute couture avec des milliers d'ouvriers.
Na ! Ben en tous cas, y en a presque plus de traces
continue ...Henri grandit au milieu des tisserands et le clocher du village voisine les cheminées d'usine.
Ironique princesse Bien tranquille dans sa jolie maison...
Oh non tu sais. Juste après la naissance d'Henri, en 1870, c'est la guerre. Les prussiens occupent Bohain pendant de longs mois. Comme tous les habitants, la famille Matisse connait les privations et les représailles.
Ben, je le savais... hein
Reproche Pipeau... tu es loin de tout connaître. Et surtout d'imaginer la réalité de l'époque. La vie est difficile ici. Les Matisse sont modestes mais ils travaillent dur. Emile est têtu, acharné et rigoureux. Comme le sera son fils. Pendant toute sa jeunesse il entend son père lui répéter imite le père " dépêche toi ". Ca va devenir une sorte de devise: toute sa vie il va se dépêcher au travail comme il disait.
Suis moi à la graineterie je vais te raconter ce qu'est la vie d'un gamin à l'époque. Tu m'as l'air plutôt enfant gâtée toi...
Retour haut de page