Martinique >

Survol de la Martinique

Version mobile
English

Survol de la Martinique

Un survol de la Martinique...Première étape...Si on commençait par un ti'punch ?!

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail

Et oui, l'histoire du rhum sur l'île, c'est aussi l'histoire de l'île... avec sa légende. > A l'époque il s'agit plus sûrement d'un tord boyau que du rhum agricole d'aujourd'hui qui bénéficie même de l'AOC Martinique !
Cette boisson un peu rude, au goût acre et à l'odeur désagréable, le père Labat aura l'idée de la distiller.
Et la boisson qui longtemps a été réservée aux travailleurs des champs, aux marins ou aux militaires> - les poilus de la première guerre mondiale y ont même puisé quelques forces- est aujourd'hui fort appréciée des connaisseurs.
Ici en Martinique, le rhum est donc une institution.
Et parmi les rhums, il y a le rhum blanc, qui garde intacts les arômes de la canne fraîchement coupée.
C'est la base du fameux ti-punch.

Mais n'oublions pas que le rhum agricole, affiche un degré d'alcool de 50 à 55? !>
Le ti punch accompagne tous les bons moments de la journée, et on l'affuble d'ailleurs de nombreux sobriquets selon l'heure où on va le déguster... < Un petit aperçu ? music5sec
Le premier verre de la journée peut être ingurgité à 5h. C'est le " décollage " ou la " mise à feu ", suivi à 11 h du " ti-lagoute ".
Si on le veut léger, ce sera une " ti-bête ", un " punch fillette " ou un " ti-feu ". Et si à la fin du premier verre on vous dit qu' : " il ne faut pas rester sur un pied ", cela signifie que, pour votre équilibre, il faut en boire un second !>
Mais rappelez vous, le rhum égaye ceux qui le consomment avec modération, mais enivre ceux qui en abusent...
Retour haut de page