Martigues : Venise provençale >

Vitrine archéologique

Version mobile
English

Vitrine archéologique

Voilà un musée pas comme les autres.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Voilà un musée pas comme les autres.
Ici, avant la construction des logements autour de vous, on fait 10 ans de fouille. Et le miracle se produit en 1978 : on retrouve les vestiges d'un village Gaulois.
Jean Chausserie Laprée est alors un tout jeune archéologue. En creusant, il fait une découverte insensée.
-" Avant cette découverte, on faisait remonter l'histoire du centre ville de Martigues au Moyen Age. Donc on a fait reculer d'un coup de 15 siècles l'histoire de la ville, avec la découverte de deux villages Gaulois successifs. Le premier des années 450 avant Jésus Christ à 200 avant Jésus Christ. Le second des années 200 à 100 avant Jésus Christ. Ici on a ressenti pas mal d'émotions dans la mesure ou les vestiges étaient remarquablement conservés. Certains archéologues ont pu comparer le quartier de l'île de Martigues à une petite Pompeï provençale. 2400 ans après, on avait l'impression d'ouvrir la porte de la maison et de découvrir des vestiges tels qu'ils avaient été abandonnés la veille par les habitants. "
Aujourd'hui, le village paraît bien calme.
Mais à l'époque, plusieurs centaines de personnes vivaient devant vous. Des hommes, des femmes, des enfants et aussi des poules, des canards, des moutons !
Regardez devant vous : la placette avec autour les petites maisons et leurs ustensiles en terre crue. Les Gaulois utilisaient une technique venue de Grèce.
Vous avez vu cette sorte de grande couscoussière ? A votre avis ? A quoi elle servait ?
" Un four complexe dont l'usage nous échappe encore largement. On a plusieurs hypothèses : la cuisson au ralenti, l'enfumage des viandes et des poissons, le grillage des céréales... "
Donc ici, on stockait la nourriture.
Regardez juste à droite de la couscoussière. De l'autre côté du mur, il y a une porte. Avec une drôle de clé...
-" Ces clés ont été reconstituées d'après un modèle de la haute vallée du Nil dans l'Egypte actuelle. Ce sont des clés en bois qui permettent d'ouvrir et de fermer les portes.
Les portes n'ont pas de clouterie en métal, toutes les portes sont chevillées.
Mais ici, il n'y avait pas que des clés en bois et de la poterie ! On a retrouvé aussi, à cet endroit même, une tirelire. A l'intérieur, tenez vous bien ; 102 florins d'or ! l'équivalent de 150 000 euros aujourd'hui !!! Jolie somme non ?
Et avec toutes ces fouilles, la preuve est faite que Martigues est l'une des plus importantes et anciennes cités gauloises de France. D'autres sites sont d'ailleurs en cours de fouille à Martigues, et on peut en découvrir une partie au musée Ziem .
Retour haut de page