Martigues : Venise provençale >

Pont levant

Version mobile
English

Pont levant

Il s'ouvre en deux pour laisser passer les bateaux, et notamment les grands voiliers.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Vous voyez le pont ?
Il s'ouvre en deux pour laisser passer les bateaux, et notamment les grands voiliers. La scène se déroule au moins une fois par jour. Un coup de klaxon et des barrières se mettent en place pour retenir voitures et piétons. Presque un rituel.
" Ben on va voir le pont qui se lève (rires) !
Ben ça fait partie de la vie de Martigues oui.
Il faut patienter hein, ça fait partie du folklore ! Chaque fois qu'il y a une brochure, souvent c'est le pont levé ! C'est un symbole ! "
-" C'est joli ? "
-" Oui, surtout quand on voit en plus le gros bateau qui passe à ce moment là, c'est encore plus impressionnant ! "
Quelques minutes plus tard, le bateau est passé. Le pont peut se rabaisser.
Cet ouvrage existe depuis 1962. Il a remplacé l'ancien pont tournant qui lui-même avait remplacé le pont du roi.
Tournez-vous maintenant sur la gauche vers le bâtiment en pierre qui forme un angle.
C'est l'ancienne mairie de Martigues aujourd'hui tribunal d'instance. Sur la façade qui est cachée à notre regard, une inscription rend hommage à un martégal célèbre.
" L'an dou Sant Crist 1040, dins nosto cieuta dou Martegue , nasque lou benurous Gerard Tenque , foundadou di mounge espitalié de Sant Jan de jerusalem "
" L'an du seigneur 1040 dans notre cité de Martigues, naquit le bienheureux Gérard Tenque , fondateur de l'ordre des Moines Hospitaliers de St Jean de Jérusalem. "
Gérard Tenque est né à Martigues.
La légende raconte qu'un grand chagrin d'amour le pousse un jour à quitter sa Provence pour aller à Jérusalem soigner la population dans le besoin. Les bénédictins lui confient la direction de leur hôpital.
Mais nous sommes à la fin du 11 ème siècle, en pleine croisade. Les assiégés le soupçonnent d'intelligence avec l'ennemi, espion en quelque sorte. Il est emprisonné, torturé ... bref un vrai martyr !
Et presque même un saint quand il fonde l'ordre des Hospitaliers de St Jean de Jérusalem qu'on appelle aujourd'hui ordre de Malte.
Ces bénédictins font voeu de chasteté, pauvreté et obéissance. Ils portent un grand manteau noir avec une croix blanche sur la poitrine. 900 ans après, cet ordre reste fidèle à la mission lancée par Gérard Tenque : soigner dans le monde entier les plus pauvres.
Et à votre avis ? Où repose celui qu'on a appelé " le Bienheureux Gérard " ?
Et bien, un peu partout. A Manosque où un château avait été offert aux Hospitaliers. Mais aussi à Martigues. Un humérus sacré se trouve dans l'église de la Madeleine sur l'île.
D'autres morceaux du corps de Gérard Tenque se trouve dans les deux églises de Martigues, et notamment celle de Jonquière qu'on voit juste de l'autre côté du canal . Elle abrite d'ailleurs aussi une statue de Gérard Tenque .
Regardez maintenant le buste situé en dans le square.
C'est celui d'Etienne Richaud . Un autre Martégal illustre.
Ce fils de pêcheur a de l'ambition. Après de brillantes études, Richaud devient gouverneur d'Indochine au 19 ème siècle. Sa mort " mystérieuse " en mer en 1889 a défrayé la chronique. Certains pensent qu'il a été empoisonné.
Retour haut de page