Martigues : Venise provençale >

La Prud'homie

Version mobile
English

La Prud'homie

Autrefois, la prud'homie se situait sur le plan de Meyran, un îlot au milieu du canal.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Ce bâtiment a été construit en 1930. Autrefois, la prud'homie se situait sur le plan de Meyran , un îlot au milieu du canal.
C'est le tribunal des pêcheurs. Cette institution existe depuis le moyen-âge. Depuis plus de deux siècles, c'est dans ce bâtiment qu'on règle les conflits entre pêcheurs. Une juridiction unique en méditerranée.
En fait, la prud'homie gère souvent des problèmes de conflits d'intérêt entre pêcheurs.
De tous temps ; il y a eu de grandes disputes. Plus ou moins graves, certaines deviennent presque cocasses. Tenez, par exemple, l'histoire de cet homme qui dans les années 1980 se plaignait des dragues à l'oursin clandestines devant chez lui. Il réclamait des contrôles.
Un jour, l'administration en fait ! Et là , surprise . Qui pêchait les oursins ? L'homme à l'origine de la plainte. L'arroseur arrosé !
Sur la façade de la prud'homie, regardez au dessus de la porte. Il y a les armoiries du patron des pêcheurs. Saint pierre. Au mois de juin, la ville organise d'ailleurs chaque année la fête de la mer.
Mais parlons d'une des grandes richesse des pêcheurs de Martigues. La Poutarde
Un peu avant le viaduc autoroutier, se trouve sur la rive à notre droite une drôle d'entreprise familiale de pêche.
C'est un Calen du nom des grands filets que les pêcheurs tirent entre les deux rives. Ils pêchent ainsi les muges dont les oeufs valent de l'or. Ils servent à la préparation de la Poutarde : le caviar de Martigues.
Direction le Calen de Martigues avec les frères Ortis : " On a relevé le filet, y'a un moteur, y'a des enrouleurs de câble, et ensuite le filet ... y se monte. Après y'a deux personnes qui montent dans ... on appelle ça une barquerolle, et qui vont récupérer le poisson dans le filet. "
-"Et c'est le hasard ? "
-" Oui, c'est le hasard hein C'est la chance au petit bonheur. "
-" Alors le bilan de la pêche ? "
-" Oh pas trop bien. Vraiment maigre. "
-" Qu'est ce que vous avez récupéré ? "
-"Deux ou trois blanquettes, deux orphis . Et un muge. "
" C'est un peu dur hein. C'est pas que ça vaut pas le coup. Si on aime pas, on reste pas hein. On compte pas les heures. Disons qu'on fait ce qu'on veut mais les heures on peut pas les compter, c'est impossible. Par exemple, on va arriver à huit heures, et on va finir à dix heures ou onze heures du soir.
Au début du siècle dernier, il y avait une dizaine de calens entre Martigues et Port de Bouc. Mais aujourd'hui, un seul fonctionne encore. Et... la poutargue se fait rare ! Essayez donc d'en trouver sur le marché de Martigues...
-"La poutargue, ça se trouve où ? "
-" Chez nous. C'est un oeuf de mulet, c'est le caviar de Martigues. Et ça coûte plus que 150 euros le kilo. C'est pas à la tête du client ! (rires), c'est le prix ! C'est comme ça "
-" Comment ça se prépare ? "
-" Ici, la poutargue, ça se mange comme du réglisse. Ou alors avec de l'huile d'olive, avec du beurre. "
-" C'est facile à préparer ? "
-" Pour les gens d'ici, très facile (rires) "
Les marchandes de poisson ont donc chacune leur recette pour dénicher le caviar de Martigues.
-" Si je vous dis Poutargue ? "
-"Oui ... ? "
-" Est-ce que vous en avez ? "
-" De temps en temps, qui viennent de Mauritanie. Parce que celle de Martigues, elle est très prisée, il n'y en a pas beaucoup. On m'en demande souvent. Je peux pas satisfaire la clientèle. "
-" On vous en demande souvent ? "
-" Tous les dimanche et tous les jeudi. "
-"Vous en mangez parfois ? "
-"De temps en temps oui. C'est très bon pour la santé...Oui j'arrive !. "
Et puis il y a aussi les spécialistes de la table. Un bon chef à Martigues doit savoir préparer une bonne poutargue...
" Ah la Poutargue ! Mais c'est un secret sa préparation !
Non en fait, c'est simple : il faut saler les oeufs de poisson, puis après les avoir mis sous presse à les sécher, on va les préparer le plus simplement du monde. Mais certain préfèrent retirer la peau puis la mélanger avec de l'huile de l'olive, de la crème fraîche et un peu de jus de citron...
C'est une question de goût !
Observez maintenant le bar, à gauche de la Prud'homie.
C'est le siège de la jeune lance martégale . Au comptoir, on parle beaucoup d'une autre passion des Martégaux : les joutes...
"On monte sur les bateaux là, vous les voyez parce qu'on est sur le port. C'est la méthode provençale. Nous avons un témoin, un plastron, une lance. Et voila, le premier qui tombe à l'eau ! Le plus difficile déjà c'est de tenir l'équilibre. Après vous avez le métier : y a l'oeil, la rapidité.
Question : pour bien voir un combat de joute, il faut venir l'été pour les festivités ?
"Tous les ans ! Ca se passe tous les ans, nous avons le tournoi de la St Pierre. C'est populaire. C'est plutôt un sport de spectacle qu'un sport de professionnel.
De l'autre côté du canal, face au bar, le grand bâtiment rose abrite d'autres divertissements. C'est le théâtre des Salins. Une scène nationale réputée.
Retour haut de page