Macao >

Le Macao historique

Version mobile

Le Macao historique

Le nom de l'île vient de la déesse A Ma et de son temple A Ma Gao, déformé en Macao.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
C'est devant les ruines de Sao Paulo, que nous avons décidé de vous parler de l'histoire étonnante de Macao.
Cette île est restée portugaise pendant 400 ans jusqu'en 1999. Contrairement à Hong Kong que l'on peut qualifier de prise de guerre britannique, Macao a été donnée aux portugais par l'empereur de Chine en 1557 pour les remercier d'avoir débarrassé la mer de Chine des pirates. Et aucun traité international officiel n'est venu consolider ce gentleman agreement. Pendant 400 ans, Macao sera portugaise de fait plus que de droit.
Le nom de l'ile vient de la déesse A Ma et de son temple A Ma Gao, déformé en Macao. Cette déesse est d'ailleurs très populaire, sous différents noms en Asie.
Tin Hau, A Ma et Ma Tsu à Taiwan, c'est la même personne, il y a un grand temple qui lui consacré à Macao.
Gérard Henry, auteur des chroniques de Hong Kong habite la région depuis 28 ans.
Pour Macao ; les jésuites sont arrivés au 16e siècle avec Matéo Ricci et ont vraiment colonisé l'ile. Et là-bas on peut voir qu'il y a énormément d'églises ctaholiques comme St François Xavier, St Dominique, St François d'Assises. Elles pullulent à Macao on pourrait dire maintenant.
En se promenant à Macao, vous aurez peut-être, comme nous, la chance d'assister à une messe catholique en chinois.
Les portugais vont laisser leur empreinte architecturale sur la ville pour le plus grand bonheur des promeneurs d'aujourd'hui.
Mais le vieux Macao c'est un peu le Portugal, il y a du carrelage dans les rues comme à Lisbonne ou à Porto. C'est charmant de se promener dans les vieilles rues de Macao. Il y a des jardins, il y a beaucoup de choses à voir à Macao. Les Hong kongais y vont aussi parce que le rythme de vie des macanais est beaucoup plus lent que le rythme de portugais.
C'est dans les années 60 que l'industrie du jeu se développe à Macao et avec elle la prolifération des triades et de ces chefs aux noms évocateurs comme Big Spender, le Flambeur ou encore Dent Cassée ; on se croirait dans les tontons flingueurs.
Détail amusant de l'histoire, en 1974 après la révolution des oeillets, le Portugal demande à la Chine de récupérer l'ilot. Et la Chine refuse ! En effet, en ces temps de guerre froide et d'embargo, ce sas d'entrée et de sortie sur le territoire chinois peut s'avérer bien pratique.
Finalement, c'est en 1999 que Macao réintègre la mère patrie et le pouvoir central chinois met très vite bon ordre au secteur lucratif du jeu, en arrêtant plus de 100 000 personnes, priant ainsi les triades d'aller jouer ailleurs.
Retour haut de page