Au fil de l'eau en Loire Atlantique >

Passay

Version mobile
English

Passay

Passay est un village de pêcheurs. Grâce aux eaux poissonneuses du lac, ce site a toujours été attractif pour l'homme.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Passay est un village de pêcheurs. Grâce aux eaux poissonneuses du lac, ce site a toujours été attractif pour l'homme. Différentes découvertes archéologiques permettent d'affirmer que déjà pendant l'antiquité, des maisons sur pilotis étaient construites ici.
En tous cas, depuis le Moyen Age, de père en fils, on a le droit de pêcher sur le lac. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 8 professionnels. En 1932, on en a compté jusqu'à 120 en activité.
Dominique Robion pêche ici depuis 23 ans. Il est le président de la coopérative des pêcheurs du lac. Il se souvient de la grande époque à Grand-Lieu :
" C'était énorme, ça faisait une flottille de bateaux très importante. C'était spectaculaire de les voir partir. Moi j'ai connu dans les années 60 où ils étaient encore 35 à 40 pêcheurs. C'était aussi un spectacle de les voir partir sur le lac le matin et rentrer l'après midi mais à cette époque là, c'était un métier qui se passait de génération en génération, et les pêcheurs dans leur grande majorité vivaient très chichement de la pêche. Ils avaient d'ailleurs pour ça des petites activités de jardinage. Ils avaient tous quelque chose pour s'occuper d'abord l'hiver parce qu'il y avait des longues périodes d'inactivité comme aujourd'hui, mais à cette époque là, les pêcheurs vivaient très mal. "
Aujourd'hui, les pêcheurs de Grand-Lieu ne roulent pas sur l'or mais des jeunes sont prêts à prendre la relève des anciens.
Et moi j'ai les noms ! Ou plutôt les surnoms. Autrefois, chaque pêcheur en avait un. Les familles étaient tellement grandes. Par exemple, il y avait Tino, parce qu'il chantait des chansons de Tino Rossi, sur le lac . Un autre se fait appeler Roussinard , en patois, c'est quelqu'un qui prend le temps, sans se presser !
Dans les vieux relevés de pêche, on trouve encore un vrai festival de nom : le Nantais, Rubis, le Cardinal, Yoyo...
Et y avait Bismark ! Ou encore Gris jaune et Gris Vieux !
On a de l'imagination chez les pêcheurs ! >
Et aussi de la technique. Pêcher à Grand-Lieu exige un vrai savoir faire avec un matériel très particulier.
Les pêcheurs utilisent des " plates ", des bateaux à fond plat, équipés aujourd'hui d'un moteur. Le matériel de pêche se compose de nasses ou " bosselle " ou " louves ", de lignes de fond et surtout de filets : verveux, araignée, senne, de plus en plus utilisés de nos jours. Ils servent à pêcher des brochets et sandres, mais surtout des anguilles. Deux fêtes sont organisées chaque année par les pêcheurs de Passay : la fête de l'anguille au mois de mai, et la fête des pêcheurs, tous les 15 août et le week-end qui suit. C'est le seul moment de l'année où les pêcheurs peuvent vous emmener en bateau, sur le lac de Grand-Lieu. Les pêcheurs font un grand " coup de senne " et les poissons pris dans le filet sont vendus et grillés sur place.
Comme beaucoup de lacs, celui-ci a sa légende : celle de la ville engloutie d' Herbauge .
" Il était une fois la légende d' Herbauge . Vers l'an 580, Herbauge était une ville riche et prospère, mais également dépravée et païenne. Envoyé sur les lieux par l'évêque de Nantes, Saint martin de Vertou tente de prêcher la parole de Dieu. Mais il est rejeté partout. Un seul un homme se convertit. Le ciel dans son courroux annonce que la ville va être engloutie. Mais le Juste et sa famille ont le droit de fuir sans se retourner. Mais l'épouse de l'homme ne peut s'empêcher de jeter un dernier regard dans sa fuite, pour contempler la catastrophe. Elle est alors pétrifiée.
On raconte qu'elle est encore près des marais, sous la forme d'un mégalithe qu'on nomme la Pierre-Saint-Martin à Cheix .
Quant à la cité, il n'en restera rien. Mais selon les gens du pays, on peut entendre, la nuit de Noûl, sonner les cloches sous les eaux du lac.
En fait il se pourrait que ce soit celles de Nantes et de ses environs ! Et que le son du bourdon puisse se répercuter sur la surface des eaux et créer une telle illusion.
D'où le dicton " lorsque Nantes disparaîtra Herbauge renaîtra ".
Le vieux Passay , est l'ancien quartier des pêcheurs. Les maisons sont basses, avec un toit de tuiles rouges et des murs de large épaisseur. Elles ne comptent bien souvent qu'une seule pièce. Pressées les unes contre les autres elles sont séparées par d'étroites ruelles.
Les maisons qui composent le " nouveau " Passay sont plus récentes, mais gardent un caractère traditionnel, blanches avec de larges fenêtres, de plain-pied, et séparées les unes des autres par de petits jardins.
Retour haut de page