Loigny la Bataille >

Tombe de Sonis et sa femme

Version mobile
English Deutsch

Tombe de Sonis et sa femme

Les époux De Sonis reposent ensemble ici. Un couple hors du commun...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes dans la crypte devant les tombeaux du Général de Sonis et de sa femme.
Les époux De Sonis reposent ensemble ici. Un couple hors du commun. Antoine Bruneau de l'Association des Amis de Loigny raconte :
" Ah c'est une love story, c'est digne des grandes love story Américaines.
Son régiment arrive à Castres, alors à l'époque, lorsqu'un régiment entre dans une ville, c'est vraiment une fête, donc toute la ville est pavoisée, toute la ville est à sa fenêtre, et notamment une jeune fille qui voit passer ce beau régiment dans ses beaux uniformes et qui remarque ce beau jeune sous lieutenant, et lui remarque cette jeune fille, à la fenêtre de sa maison. Et c'est vraiment le coup de foudre.
Ils vont se marier très très jeunes. Elle est âgée de 17 ans, lui sort juste d'école d'application de cavalerie, et puis ça ira jusqu'à la mort des deux. "
Madame de Sonis suit son mari partout ou presque. Quand le Général tombe à Loigny, elle est à Castres. Elle entreprend alors un voyage de 19 jours à travers la France :
" Je trouvai Châteaudun à moitié brûlée et ensuite toute une campagne où les ravages de la guerre se montraient dans toute son horreur (...) La nuit était venue quand j'arrivais à Loigny et mon angoisse était si grande que je n'osais parler pour demander si mon cher mari vivait encore... Il vivait. Je le revis enfin, mais dans quel état, ô mon Dieu ! "
Le Général de Montcuy, le confirme,
" Anaïs Roger est une femme aussi exceptionnelle que lui. Elle le suivra partout, y compris en Algérie dans des garnisons sans confort. Ils auront 12 enfants. Des déménagements à dos de mulet, ou à pied pour rejoindre des garnisons à des centaines de kilomètres. Elle a été pour le Général de Sonis un soutien admirable. L'un comme l'autre communiaient complètement en pensée. Les deux étaient en parfaite harmonie, dans la vie familiale et aussi dans l'idée du sens du devoir. Ils étaient profondément chrétiens. C'était le fil directeur de toute leur vie. "
Après la guerre de 1870, le Général de Sonis garde des responsabilités dans l'Armée Française. Pourtant son état de santé se dégrade au fil des mois. Un long calvaire qui s'arrête en 1887.
Le Général de Sonis s'éteint en ayant laissé la consigne de refuser les honneurs militaires. A ses obsèques, le représentant du ministre de la guerre prend la parole : " Adieu encore une fois, ou plutôt dans ma foi chrétienne, je te dis : au revoir ! "
40 ans plus tard en 1927 ; sa femme meurt à l'age de 95 ans.
Observez les mots gravés sur le tombeau du Général de Sonis :
Miles Christi. : " Soldat du Christ ".
Un jour l'Eglise dira peut être qu'il a été un saint.
Son procès en béatification commence en 1929. Cette année là, on ouvre son tombeau. ses habits sont moisis mais le corps est intact. Stupéfaction.
Pourtant le Père Robert ne pense pas qu'il faut parler de miracle :
" On ne peut pas affirmer que c'est une préservation miraculeuse. A la différence de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus dont le corps n'a pas été conservé. Ca ne peut pas être un signe indubitable. "
Et pour l'instant, le Général de Sonis n'a pas encore droit au titre de saint.
Il n'en reste pas moins un très grand homme.
Retour haut de page