Limoges : la porcelaine dans tous ses états >

Musée national de la porcelaine Adrien Dubouché

Version mobile
English

Musée national de la porcelaine Adrien Dubouché

Le Musée Adrien Dubouché fait partie des musées nationaux. Connaissez-vous la légende du kaolin ?

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes dans les jardins du musée national de la céramique Adrien Dubouché.
Bonjour, c'est Adrien Dubouché qui vous parle. Industriel, je me suis toujours passionné pour l'art de la porcelaine. En 1865, je deviens le directeur du musée de Limoges. Mon musée se tenait dans les locaux de l'ancienne préfecture. Mais Chantal Meslin, la conservatrice du musée national de la céramique actuel, vient à notre rencontre.
Adrien Dubouché a tellement développé ce musée qu'en 1881 l'état l'a pris en charge et s'est engagé à construire le bâtiment devant lequel vous vous trouvez pour l'instant. Il a été construit par Henri Mayeux qui était architecte du gouvernement à Paris et qui s'est largement inspiré de l'Italie par les grandes baies du rez-de-chaussée que l'on peut remarquer et qui permettait d'éclairer aussi bien que possible en l'absence d'électricité les vitrines perpendiculaires aux baies le matin et l'après-midi. A l'étage, on remarque ces murs aveugles qui sont décorés à la façon italienne de décors pourpres et de céramiques à la fois de la porcelaine et des carreaux émaillés en faïence.
Madame Darnet, qui vivait dans le Limousin, utilisait des pierres qui lavaient son linge plus blanc que blanc ! Monsieur Darnet mit à profit ces pierres magiques qui étaient en fait des gisements de kaolin, la matière première de l'or blanc alias la porcelaine ! Mais Chantal Meslin nous attend à l'intérieur du musée
Le visiteur qui entre dans le musée pourra suivre un parcours de l'histoire mondiale de la céramique. On lui propose de commencer la visite par une salle de technique où il va comprendre ce qu'est une céramique et quelles sont les différentes céramiques qui existent. Alors une céramique c'est de l'argile qui est cuit. Et on peut trouver des terres cuites, des faïences qui sont des céramiques poreuses et des grès et des porcelaines qui sont des céramiques non poreuses. Et la porcelaine, qui est la maîtresse à Limoges, est une céramique qui a comme caractéristique d'être blanche, de cuire à haute température et d'être translucide. Et cela grâce à la présence du fameux Kaolin qui est une argile d'origine chinoise que l'on va trouver en Europe au 18 e siècle. Et avant d'avoir trouver le kaolin, on a fait en Italie et en France ce que l'on a appelé la porcelaine tendre, c'est-à-dire une porcelaine blanche, mais sans kaolin.
Chantal Meslin nous donne rendez-vous devant des pièces uniques !
Le musée consacre le quart de sa surface à la porcelaine de Limoges puisqu'il a la chance de posséder une collection unique au monde qui permet de mettre en valeur ce qui a fondé la réputation internationale de Limoges : ce sont les fameux blancs de Limoges. Et nous avons 3 vitrines qui sont consacrées à la manufacture Pouillat qui a développé cette technique du blanc en choisissant et sélectionnant les meilleurs kaolins. En permettant de faire 2 services absolument exceptionnels qui ont été présentés aux expositions universelles en 1855 et en 1878 et que l'on peut admirer.
Retour haut de page