Limoges : la porcelaine dans tous ses états >

Cimetière de Louyat

Version mobile
English

Cimetière de Louyat

De la porcelaine dans un cimetière ?A Limoges, c'est possible !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes face à l'entrée monumentale du Stade Chaban-Delmas.
L'emprise de la porcelaine s'étend sur toute la ville de Limoges. Elle marque de son empreinte les lieux les plus insolites.
Le cimetière de Louyat est l'un des plus vastes de France après les cimetières parisiens ! C'est lui qui a servi de décor au film de Patrice Chéreau : Ceux qui m'aiment prendront le train !
Des plaques de porcelaine décorent les stèles, leur blanc brillant contraste avec le gris mat du granit.
En se rapprochant des tombes, vous découvrez que certaines plaques sont des assiettes de porcelaine peintes !
Parce qu'autrefois, les ouvriers les utilisaient pour écrire l'épitaphe d'un camarade de travail ou d'un membre de leur famille. La porcelaine qui décore les tables bourgeoises s'affiche alors sur les tombes des ouvriers. Et cet art funéraire témoigne que la démocratisation de ce matériau de luxe est en marche.
Toutes les techniques successives de la fabrication de la porcelaine se retrouvent sur les plaques de ce cimetière et leur représentation est des plus diverses : des décors floraux, des anges et même des squelettes et des têtes de morts !
Toutes ces peintures incroyables révèlent un travail d'orfèvre. Henri Parry est décorateur et fileur sur porcelaine. Il remonte le temps pour nous.
Il y avait dans les ateliers de porcelaine une trentaine de décorateurs qui travaillaient donc sur une banquette en bois sur laquelle il y avait une palette en verre qui servit à délayer la couleur. Les couleurs selon le travail à faire. Ces couleurs-là étaient d'une nature plombeuse et beaucoup plus fines que maintenant. Actuellement, pour des raisons sanitaires, nous ne travaillons plus avec ces couleurs.
Pour tracer un trait d'or sur certaines assiettes de porcelaine, le fileur utilise une tournette sur un trépied sur un cercle en bois sur laquelle les assiettes tournent. Et utilisent donc des pinceaux différents, des pinceaux à sifflet notamment avec différentes tailles et emploie des ors liquides ou des couleurs selon les travaux à effectuer.
Au 19 e siècle, la sérigraphie prend le pas sur la peinture à la main. Cette technique permet de reproduire comme une décalcomanie des motifs sur les pièces de porcelaine.
De nombreux métiers composent l'artisanat de la porcelaine. Parmi eux : L' enfourneur, il dispose les gazettes, sorte de boîte en terre réfractaire qui protège les pièces de porcelaine lors de la cuisson.
Le moufletier, lui, est responsable de la conduite d'un four à décor.
La Retoucheuse est chargée de poncer les porcelaines après la cuisson et l'émaillage.
Quant à l'useur de grains, il fait disparaître à l'aide d'une meule les grains noirs qui apparaissent sur la porcelaine pendant la cuisson.
Retour haut de page