Lille : flânerie dans la vieille ville >

Hospice Comtesse

Version mobile
English

Hospice Comtesse

Jeanne, la comtesse de Flandre, vient de créer l'hôpital qui restera le plus important de Lille jusqu'au 18ème siècle.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Sur notre gauche au fond du square, l'avenue du peuple belge que vous voyez, c'était la rivière et le port.
Plus près de nous, la statue rend hommage au cardinal Lienart, un homme d'église très proche du monde ouvrier lillois pendant le front populaire. C'est l'oeuvre de l'artiste contemporain Jean Roulland . Derrière la statue, c'est le petit jardin médicinal de la chapelle de l'hospice comtesse... l'hospice des bonnes comtesses.
Moi, Jeanne de Flandre et de Constantinople, j'ai résolu de fonder un hôpital pour soulager les malades, les pauvres, les pèlerins et les voyageurs.
Pour financer cette entreprise j'userai de mon droit d'eau et de vent.
Le droit d'eau m'accorde le monopole de la pêche dans la Deûle et les fossés de Lille. Le droit de vent me permet de contrôler chaque moulin, qu'il soit à eau, à vent, à cheval ou même à bras.
Nous sommes en 1237. Jeanne, la comtesse de Flandre, vient de créer l'hôpital qui restera le plus important de Lille jusqu'au 18 ème siècle. Il accueille jusqu'à 200 malades.
La population reconnaissante le désigne très vite du nom de : l'hospice Comtesse.
Transformé en orphelinat à la révolution française, c'est aujourd'hui le musée de l'hospice comtesse. Ne manquez pas la visite de la cuisine carrelée de faïence ou de l'immense salle des malades.
Retournez-vous maintenant du côté de la rue de la monnaie.
Au dessus des toits, l'archange Gabriel domine la cathédrale Notre dame de la treille vers laquelle nous allons maintenant nous diriger.
Nous traverserons le quartier des artisans et surtout des tisserands. Oui, depuis le moyen age, la spécialité de Lille et sa région c'est le tissage. Une activité qui connaît son apogée au 19 ème siècle avec l'industrialisation. Lille est alors une grande ville industrielle.
D'ailleurs, un des nombreux ouvriers du pays, Pierre Degeyter, entonne dans un café du quartier, pour la première fois, un air qu'il vient de composer sur un poème d'Eugène Pottier. C'est un hymne qui fera le tour du monde : l'internationale.
Retour haut de page