A la découverte des rues insolites de Paris >

Boulevard du temple

Version mobile
English

Boulevard du temple

Le boulevard du crime. Quel crime ?

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
On a fait le recensement des crimes commis sur la scène des théâtres du boulevard du Temple depuis 20 ans. Le comédien Tautin a été poignardé 16300 fois et l'acteur Marti a subi 11 000 empoisonnements. Mademoiselle Adèle Dupuis a été 75000 fois enlevée ou noyée. Quant à Melle Olivier, elle a déjà bu 16000 fois dans la coupe du crime et de la vengeance...
Ce sont tous ces mélodrames sanglants qui donnent son nom au boulevard du Crime ! >
<
Dès la moitié du 18e siècle, le boulevard du Temple est un lieu de promenade. On déambule entre les tréteaux des bateleurs, des artistes qui bouffonnent, s'escamotent et jouent la pantomime jour et nuit !...
Au 19e siècle, le spectacle est à son apogée et les théâtres remplacent les tréteaux de fortune. On entend alors :
Façon pub : La seule promenade qu'à du prix, la seule dont je suis épris, la seule où j'm'en donne, où je ris c'est l'boulevard du temple à Paris !
Près de 10 000 personnes se pressent chaque soir sur les 200 mètres du boulevard car une forte concentration de théâtres se fait concurrence...
>
En 1862, l'impitoyable préfet Haussman qui désire l'élargissement des artères parisiennes fait démolir tous les théâtres du quartier et le 15 juillet à minuit, le " boulevard du crime " est démoli, assassiné... Un véritable deuil pour le tout Paris !
Le théâtre Déjazet est le seul rescapé de ce boulevard mythique. Il s'appelle d'abord Les Folies Meyer et l'on y pousse la chansonnette. Puis, Les Folies Nouvelles. Et le public suce des sucres d'orge à l'absinthe en admirant les acteurs et les belles comédiennes ...
A la fin du 19e siècle, l'actrice Melle Déjazet fait l'acquisition du théâtre et lui donne son nom. Ce haut lieu culturel parisien a vu sur ses planches les débuts du comédien Victorien Sardou et beaucoup plus proche de nous - en 1976 - de l'humoriste Coluche.
Marcel Carné a tourné dans ce théâtre des séquences des Enfants du Paradis. Vous vous souvenez de la célèbre réplique d'Arletty ? >... <"...Paris est tout petit pour ceux qui, comme nous, s'aiment d'un si grand Amour...". >
Retour haut de page