Les Rencontres d'Arles 2008 >

Le Musée Départemental de l'Arles Antique - Henri Roger

Version mobile
English

Le Musée Départemental de l'Arles Antique - Henri Roger

Il a inventé un procédé de trucage qui permet de faire apparaître plusieurs fois la même personne dans une seule image.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Voici le Musée Départemental de l'Arles antique, qui réunit depuis 1995 les chefs d'oeuvres archéologiques de cette ville au passé si riche. Pas aussi loin dans le temps, mais à une époque lointaine pour la photographie, Henri Roger fait ses débuts dans cet art qui vient de naître. Il a 11 ans quand en 1878 il fait sa première photo. Homme curieux de tout, ingénieur créatif, il va inventer un procédé de trucage qui permet de faire apparaître plusieurs fois la même personne dans une seule image. Henri Roger s'amuse, travaille beaucoup, mais ce n'est que dans les années quarante que son travail sera vraiment connu. Delphine Desveaux de l'agence Roger Viollet.
Son Desveaux 1
C'est quelqu'un qui a toujours travaillé d'abord très seul, du point de vue de la photographie mais en même temps il était ingénieur chez Thomson chez Ducretet etc...donc il avait une expérience je dirais technique très importante et il développait tout son côté humour et décalé dans ses expériences individuelles en photographie. Il avait des plaques de verre au départ puis après des supports souples, mais par exemple les plaques de verre, il travaillait tellement seul qu'il grattait les émulsions quand la photographie était faite pour en faire d'autres, donc c' était vraiment un travail personnel égoïste et égotiste en l'occurrence. Son modèle favori c'est d'abord " moi, moi et moi ", puis après quand il a des enfants, c'est vrai qu'il en a eu pas mal des enfants, il a eu 5 filles et 1 fils, après les enfants passent devant l'objectif . D'abord sa fiancée après ses enfants, mais surtout, surtout lui. A partir des tirages et à partir des négatifs il développe ce qu'on a appelé les trucages, donc ce que lui appelé des bi-locations et des tri-locations, c'est-à-dire qu'il truque ses positifs et ses négatifs simplement en grattant le négatif, en ajoutant un autre négatif en les superposant jusqu'à arriver à plusieurs Henri Roger sur la même photographie, sur le même tirage. Il s'est amusé en suite avec son frère, avec son cousin, avec sa fiancée et puis avec les enfants donc encore une fois ça fait 12 enfants sur une même photographie puisqu'il multiplie par deux.
Personnage plein d'humour, Henri Roger est un témoin de son époque, il est l'un des premiers à raconter une histoire dans ses photos. Son Desveaux 2
Ce qui illustre le mieux le travail d'Henri Roger ça restera quand même les bi-locations et les tri-locations où il se met en scène voilà, en Saint Jean-Baptiste ou le suicide fin de siècle où il fait semblant de se tuer lui-même, puis les séries à l'intérieur de sa maison où on suit à la fois le travail du photographe et puis celui de l'évolution des moeurs puisqu'il a aussi beaucoup photographié sa famille. Personnellement j'y vois une petite mise en abime de l'histoire de l'art classique avec tous les tableaux de Wermer et compagnie où on s'amuse à avoir une grande profondeur de champ après c'est peut être pousser un petit peu loin, simplement de se dire que Henri Roger avait très envie de se voir plusieurs fois dans une même photographie, qu'il était le modèle qu'il avait le plus facilement sous la main on s'en doute, et qu'en suite se photographier chez lui évitait, là c'est l'histoire de la photographie, d'avoir des passants justement qui passent partout dans la photographie et qui altèrent la prise de vue. Je pense que c'est beaucoup de recul et beaucoup de facilités, c'est-à-dire que qu'est ce qu'on a de plus évident à photographier quand on est photographe, et bien c'est soi.
Son nom est aujourd'hui associé à celui d'une des plus importantes agences de photographie française, l'agence Roger-Viollet, créée par sa fille en 1938.
Choisissez maintenant le numéro d'un autre commentaire pour les rencontres internationales de la photographie Arles 2008.
Retour haut de page