Les Rencontres d'Arles 2008 >

La Grande Halle - Nathalie Ours

Version mobile
English

La Grande Halle - Nathalie Ours

Elle a retenu 3 artistes très différents, qui vous amènent des stars des années 60 aux grands espaces américains.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nathalie Ours a longtemps travaillé pour le grand couturier japonais Yohji Yamamoto...c'est elle qui supervisait les défilés et choisissait les photographes pour les catalogues et la publicité. Elle a retenu 3 artistes très différents, qui vous amènent des stars des années 60 aux grands espaces américains. Vous voulez les découvrir avec elle ? Appuyez sur la touche étoile.son ours
Jerry Schatzberg est à la fois photographe et cinéaste, moi j'ai découvert son travail il y a environ un an. Notamment toute la série de portraits de personnalités qu'il a réalisés dans les années 60. De Bob Dylan à Roman Polansky, les Rolling Stones, Catherine Deneuve, Faye Dunaway et bien d'autres. Ce qui est assez pertinent dans son travail c'est le rapport de confiance qu'il instaure avec la personne qu'il photographie. Visiblement les gens se mettent à nu devant son objectif parce qu'ils sont parfaitement à l'aise. C'est le plaisir partagé et l'humour qu'on voit à travers l'image des Rolling Stones déguisés en femmes, en militaires même. Pour arriver à faire ça avec les Rolling Stones je crois qu'il n'y avait qu'un Jerry Schatzberg pour instaurer ce rapport intime et festif.
Stéfanie Schneider on ne sait pas très bien où on est, à la fois ses images m'ont fait penser au film " Paris Texas " de Wim Wenders pour ce côté espace et puis à Jim Jarmush notamment dans " Strangers than paradise, donc d'emblée elle choisi comme support un polaroïd qui est déjà périmé. Donc finalement elle ne sait pas ce que va être le résultat, et c'est encore un sujet sur lequel elle travaille, c'est-à-dire qu'au départ c'était des polaroïds, elle a fait des films, elle a fait intervenir de la musique , du son, des paroles, des poèmes. Elle va même jusqu'au site. C'est une photo cinématographique.
Nigel Shafran Il est d'abord arrivé dans l'univers de la mode avec un regard totalement frais et décalé. Sans artifice, sans maquillage, il s'est vraiment intéressé au domaine quotidien, au domaine domestique. Dans le choix des photos d'Arles y'a aussi cette image qui rappelle, la maternité puisqu'on voit un matelas et à côté une pile de couches culottes, c'est incroyable comment il arrive à créer de la magie juste avec une pile de couches culottes et deux, trois produits pour l'entretien du nourrisson.
Retour haut de page