Les Rencontres d'Arles 2008 >

La Grande Halle - Luis Venegas

Version mobile
English

La Grande Halle - Luis Venegas

Il a créé son propre magazine, "fanzine 137", c'est au près de la jeunesse qu'il appréhende la création actuelle.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le dernier nominateur de ce prix vit à Madrid où il enseigne la culture contemporaine à l'école de stylisme. Luis Venegas a créé son propre magazine, " fanzine 137 ", c'est au près de la jeunesse qu'il appréhende la création actuelle. Pour l'écouter présenter les photographes qu'il parraine, appuyez sur la touche étoile. *son Venegas
Lûila Mendez c'est une photographe d'origine argentine, qui habite à Barcelone et j'aime beaucoup de Leila une certaine contemporanéité, le contact avec la jeunesse, des fois les plus extrêmes, même les choses qui sont quelque fois terribles, ça se voit d'un point de vue ironique et toujours beau. Toutes les photos qu'on a choisies ensemble pour cette expo sont dans le même sens, des portraits d'hommes dans différents endroits, ce mélange entre jeunesse et radicalité, poétique mais très direct et pas affecté...
Daniel Riera pour moi, c'est le photographe le plus intéressant qu'il y a en ce moment en Espagne, le nouveau " diamant brut " mais pas trop brut, c'est pas diamant brut, c'est quelqu'un qui développe un monde très ,très, très personnel, c'est cette habilité de faire des choses ordinaires quelque chose de spécial, ça c'est quelque chose que Daniel fait très bien, par exemple dans cette sélection, il y'a cette photo d'un tout petit squelette avec une caméra de photographie, dans une vitrine qui est peut être dans un musée, pour moi cette image parle de beaucoup de choses, dédier ta vie à la photographie c'est un peu toujours...y'a un côté dangereux aussi...c'est toujours des images qui sont très suggestives.
David Urbano je trouve toujours ses photos de voyage très, très intéressantes, très précises et cette manière de trouver de l'intéressant dans le quotidien c'est une chose que j'aime beaucoup aussi. Par exemple cet homme qui est assis, c'est à Londres, quand on voit cet homme qui est assis et qui cherche quelque chose dans son sac en papier, il fait froid, y'a beaucoup de choses qui sont dans la photo de manière très simple. Au niveau de la composition l'arbre qui est derrière l'homme aussi, avec la rayure qui est par terre, vous voyez, au niveau de composition de diagonale c'est très précis. Toutes les couleurs de l'arbre contre le gris de cet homme c'est un bon exemple, pour moi c'est ma photo préférée dans cette sélection de David Urbano.
Retour haut de page