Les Rencontres d'Arles 2008 >

Galerie SFR Jeunes Talents - Jeunes Talents SFR Photo 2008

Version mobile
English

Galerie SFR Jeunes Talents - Jeunes Talents SFR Photo 2008

Gros plan sur les 5 lauréats sélectionnés sur la plateforme jeunes talents par deux experts...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
C'est dans cette cour prestigieuse et à l'intérieur du bâtiment de la banque de France qu'SFR vous invite à découvrir les artistes qu'il soutient. Gros plan d'abord sur les 5 lauréats sélectionnés sur la plateforme jeunes talents par deux experts : François Hébel, le directeur des rencontres et la journaliste Natacha Wolinski. Certains étaient déjà suivis par SFR, d'autre sont des découvertes, Sébastien Passedouet, responsable jeunes talents SFR vous les présente.Son Passedouet les 5
Un artiste qui s'appelle Julot, on sent un peu les influences de Pierre et Gilles derrière son travail, il travaille beaucoup sur la réalité imaginaire, l'esthétique et il a pour inspiration un peu l'american dream des années 50...le deuxième c'est Jean-Claude Delalande, même s'il est en train de se mettre à la couleur il travaille plutôt initialement sur le noir et blanc, sur de l'auto portrait avec ou sans sa compagne et son fils, donc il se met en scène, donc là il a fait une série qu'il a intitulée tentative, et qui parle d'un homme qui en se réveillant le matin après une nuit agitée décide de mettre fin à ses jours. Donc le thème est grave mais son traitement est très décalé et très sympa...le troisième nous ne le connaissions pas auparavant, il s'appelle Didier Illouz, il est originaire de Marseille, il a proposé un travail qui s'appelle " any mails " jeu de mot avec animal, il s'intéresse au chamanisme amérindien aux carte médecine, et là donc il a fait ce travail " any mails " sur la métamorphose et la mutation qui mêle des photos de personnes et d'animaux et notamment une photo d'homme chat... notre quatrième lauréate c'est Delphine Manjar, elle s'intéresse à la question du corps, le corps à travers des vêtements puis sur aussi le côté accessoirisant et fétichiste du vêtement. ...le dernier c'est Benjamin Roi qui lui a fait tout un travail sur la modification du corps et de son esthétique, celui qu'on va exposer qui est une série sur des séniors qui sont extrêmement bronzés et qui manifestement passent beaucoup de temps dans les salles de sport et sur les plages pour modifier ce corps et le rendre plus, je ne sais pas quoi d'ailleurs, plus beau ? je ne sais pas.
Et comme il faut un vainqueur, la lauréate cette année s'appelle Lise Grosperrin, Sébastien Passedouet n'est pas surpris, tant le parcours de cette jeune artiste lui paraît déjà fort et cohérent.Son Passedouet lauréate
Lise Grosperrin donc on va présenter une sélection de son travail sur les schémas urbains, qu'elle avait travaillé en trois temps, le premier temps étant qu'elle donnait vie aux schémas du métro, donc en ampleur monumentale et sans retouche, ce qui est assez original. Elle avait repris les schémas du métro et elle avait essayé de les faire vivre en grandeur nature avec des véritables personnes, donc elle habille avec des costumes, des vestes qui sont des reproductions de ce qu'il y a sur les schémas, on pense tous au petit lapin jaune qui explique qu'on va se faire pincer les doigts très fort si on met les doigts dans la porte...ensuite dans un deuxième temps elle a développé le thème en rajoutant des objets, en demandant, parce qu'elle travaille avec les passagers, les gens qui sont dans le métro, beaucoup plus qu'avec des acteurs qu'elle met en scène et donc en leur donnant comme ça des objets un peu emblématiques de notre société, tout le monde la même sacoche, un porte bébé, tout le monde avec le même porte bébé le même bébé...le troisième temps où elle pousse vraiment à l'extrême sa vision de la société de consommation, où finalement y'a un vrai défaut de communication entre les gens et où elle met en exergue un peu ce besoin de développer cette communication pour créer un monde un peu plus harmonieux, donc voila, elle travaille en trois temps...c'est quelqu'un qui est en l'occurrence diplômée de l'école nationale des beaux arts et qui avait gagné également le 11ème prix LVMH d'ailleurs. On a envie de l'aider à poursuivre ses travaux.
Lise Grosperrin a reçu un prix de 5000 euros, ainsi que 5000 euros de commande d'oeuvre, SFR l'accompagne dans sa prochaine exposition et va éditer son travail.
Choisissez maintenant le numéro d'un autre commentaire pour les rencontres internationales de la photographie Arles 2008.
Retour haut de page