Les Rencontres d'Arles 2008 >

Espace Van Gogh - La photographie vestimentaire

Version mobile
English

Espace Van Gogh - La photographie vestimentaire

Des mannequins sublimes, des flashes qui crépitent, le défilé est un moment incontournable dans l'univers de la mode.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'espace Van Gogh s'appelait au 19ème siècle l'hôtel Dieu...c'est là que le peintre est venu se faire soigner en 1888 quand il s'est coupé l'oreille. Aujourd'hui, c'est un centre culturel et universitaire. Vous allez y découvrir la photographie vestimentaire. La première partie raconte un fait historique méconnu : c'est à la fin des années 20 seulement que les couturiers ont été reconnus comme artistes à part entière. Olivier Saillard, commissaire de l'exposition vous explique ce que l'on appelle la photographie dépôt de modèle.Son Saillard 1
C'est en 1929 au grès d'un procès qui opposa Madeleine Vionnet , qui est une grande couturière pour l'histoire de la mode, à des contre facteurs, que les couturiers ont pu accéder à ce qui va être déterminant dans leur reconnaissance je dirai mondaine, puisqu'ils vont obtenir les mêmes droits que les artistes. Jusqu'alors un couturier était considéré comme un fournisseur et à partir des années 20 il va être considéré aussi comme un auteur si ce n'est comme un artiste. Alors, ces photographies dépôt de modèle sont le témoin de leur création d'abord pour attester que c'est bien eux qui ont fait ces vêtements, ces collections et puis dans un second temps pour se protéger d'éventuels copieurs. Toutes les séries affichent un parti prix je dirais policier, identitaire qui convient à la dénomination et à la carte grise de ce vêtement on va dire, donc tous les couturiers qu'il s'agisse de Vionnet , de Paul Poiret, Marcel Rochas, et j'en oublie, qui se sont appliqués à faire ce travail d'inventaire et de constat policier l'ont fait sur un même mode, c'est-à-dire d'une mannequin photographiée de face, de dos, de profil. Alors ça dit beaucoup de l'évolution de la mode, ça dit aussi beaucoup de l'évolution des corps, ça dit beaucoup de leur fonction, qu'elle était la fonction d'un mannequin d'ailleurs qu'on appelait à cette époque là parfois " sosie " parce qu'elle devait être le sosie de la cliente et non l'inverse comme aujourd'hui et puis ça dit aussi beaucoup sur l'évolution de la propre création du couturier lui-même .
Des mannequins sublimes, des flashes qui crépitent, le défilé est un moment incontournable dans l'univers de la mode. Depuis 40 ans Guy Marineau est au bord de tous les podiums du monde, il a photographié toutes maisons de couture, son travail retrace une histoire de la mode contemporaine. Olivier Sailllard nous dit l'importance de ces photos de défilé, mais aussi la place qu'a prise la vidéo dans la mode.Son Saillard 2
Guy Marineau c'est montrer tout le travail des photographes de défilé qui sont là, ponctuellement, régulièrement, toutes les saisons de mode de prêt-à-porter ou de haute couture . j'ai toujours été saisi par le vertige lorsque l'on va dans les archives de Guy Marineau ou d'un autre photographe de podium par le nombre, parce qu'en effet il y a autant de photographies que de modèles qui passent sur le podium et autant de modèles que de défilés, c'est dire beaucoup. C'est un reflet, un miroir très exact de la surproduction qui existe en mode et puis c'est un fonds documentaire qui a largement été maitrisé par toute les disciplines y compris par la discipline de la mode. Et la vidéo, pour la première fois nous avons réussi à écrire une histoire de la vidéo de mode depuis les années 30 et donc on retrace comme ça cette écriture visuelle au service du vêtement. Il ne sera pas question que de vidéo de défilé de mode, mais d'expression vestimentaire servie par un réalisateur. J'ai en mémoire particulièrement tous les films qui ont été réalisés pour une émission célèbre dans les années 60 " Dim Dam Dom " et qui faisait intervenir des personnes comme Peter Knapp ou Jean Christophe Averti et qui là, se sont essayés à la commande en mouvement au service du vêtement.
Regardez aussi les " look books " et les catalogues de collection...ce sont des outils professionnels, destinés à certains clients et à la presse, c'est un instantané du travail du couturier, le temps d'une saison. Enfin ne quittez pas l'espace Van Gogh sans observer l'influence de la rue sur le style, " from the street to the blog " retrace le regard de la mode sur les habitudes vestimentaires, des élégantes anonymes qui posaient au début du 20ème siècle sur la plage de Biarritz aux blogs d'aujourd'hui, l'inspiration est partout.
Choisissez maintenant le numéro d'un autre commentaire pour les rencontres internationales de la photographie Arles 2008.
Retour haut de page