Les Rencontres d'Arles 2008 >

Eglise des frères prêcheurs - Peter Lindbergh

Version mobile
English

Eglise des frères prêcheurs - Peter Lindbergh

Cet artiste allemand arrive à Arles en 1962 et veut marcher dans les pas de Van Gogh...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Voici l'église des frères prêcheurs. Les dominicains l'édifient au 14ème siècle, c'est le bâtiment gothique le plus important d'Arles. Dans ce cadre prestigieux Peter Lindbergh raconte sa passion pour un endroit particulier de la Camargue, Bauduc. Cet artiste allemand arrive à Arles en 1962 et veut marcher dans les pas de Van Gogh, aventure peu fructueuse. Et ce n'est quand en 1990 qu'il découvre la plage sauvage de Bauduc avec ses quelques caravanes et son phare. Un coup de foudre.Son Lindbergh bauduc
Bauduc pour moi c'était toujours un truc comme les racines des gypsi king, les Tellines les plages vidées le phare de Bauduc pratiquement au bout du monde, bon tout ça c'était pour moi comme un lieu mythique ou en tout cas très, très particulier, c'est pas comme une plage à St Tropez ou même pas comme au Touquet ou à Deauville ou on travaille beaucoup. C'est très drôle parce que pour moi c'est complètement différent que le Far West, parce que Far West comme je travaille beaucoup dans le désert en Californie, à Utah et tout ça, non ça c'était pour moi très, très différent. Ces vibrations, c'est très européen et très, très, très tout ce qui est lié aux gitans et toutes ces choses là que j'ai senties ça à Bauduc très fort. Et aussi ces trucs de rassemblement famille et tout ça et la musique et la danse et c'est ça que je ressens là-bas et j'ai choisi vraiment ces photos là qui ont une petite relation avec cette petite plage mythique Bauduc cette petite tribu, ce coté du visage incroyablement fort tout ça pour moi ça vient complètement naturel une fois à Beauduc c'est vraiment le seul endroit au monde ou ce feeling est aussi fort que ça.
Qualifié de photographe glamour Peter Lindbergh raconte des histoires dans ses séries...à Bauduc,
Il se laisse emporter par ce décor qui évoque pour lui l'univers des gitans, alors qu'il détourne les codes esthétiques de ses modèles.Son Lindbergh histoire
La plus part des séries que j'ai faites là-bas elles on toujours une histoire. Donc par exemple y'a une histoire avec les teddy boys c'est les rockers anglais avec la grosse mèche là devant la tête, on a fait venir une dizaine de mannequins assez connus en train de former un " teddy boys " Non ils sont pas du tout reconnaissables, ils ressemblent beaucoup aux gitans pour moi, parce qu'ils ont de petites moustaches, ils ont des filles avec des têtes très, très fortes, ils sont souvent en costume, tout ça, ça fait très gitan, les gitans ont souvent un costume un tout petit peu abîmé, sur les plages et tout ça, ces images là sont très fortes dans cette série surtout. Y'a pas de glamour, y'a pas d'argent. Comme les gens qui ont de l'argent qui pensent toujours aux gens qui n'ont pas d'argent. Ils pensent toujours que les gens sont pauvres, ils ne sont pas pauvres du tout. Je trouve qu'ils sont très, très forts. Tout ça, ça joue dans cette histoire de Bauduc, toujours je trouve ! Très belle série que j'ai faite à Bauduc c'était avec Emanuela Christensen et deux autres filles et ça c'était une série des artistes, on voulait faire des artistes à Bauduc genre un peu cirque, un peu gitan, un peu pas très définie. Je trouve Bauduc, c'est quand même noir et blanc pour moi, très important, je sais pas si ça vient aussi pour moi aussi de l' image des gitans et tout ça passe par des gens comme kudelka, c'est très dur d'imaginer ça en couleur non ? C'est peut-être aussi la faute des gens comme kudelka, toutes ces anciennes photos de gitans étaient toujours en noir et blanc non ? Pourtant quand on les voit en vrai ils sont très colorés quelque part non ?
Et si vous avez l'impression de reconnaître ce style si particulier, pensez aux images noir et blanc de Noami Campbell et Linda Evangelista...les plus célèbres sont signées Peter Lindbergh.
Choisissez maintenant le numéro d'un autre commentaire pour les rencontres internationales de la photographie Arles 2008.
Retour haut de page