Les Rencontres d'Arles 2008 >

Cloître Saint-Trophime - Richard Avedon

Version mobile
English

Cloître Saint-Trophime - Richard Avedon

En 1995, il décide de tout arrêter et publie dans le New Yorker cette incroyable mise en scène de ses adieux.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
C'est au 12ème siècle que débute la construction du cloître saint Trophime, c'est l'une des plus belles réalisations de style roman provençal. Au rez-de-chaussée, sont exposées les photos de Richard Avedon. Cet américain né en 1923, mort en 2004 en pleine séance de travail a été une star de la photo de mode. Mais en 1995, il décide de tout arrêter et publie dans le New Yorker cette incroyable mise en scène de ses adieux que vous présente Christian Caujolle, fondateur de l'agence Vu et commissaire de l'exposition " richard Avedon ".Son Caujolle 1
Ça été un coup de tonnerre dans le monde de la mode parce qu'il a mis en scène une sublime mannequine avec un squelette, c'est entièrement scénarisé, c'est en couleur, c'est une super production de mode, le squelette dès la première image c'est le photographe et puis les aventures qu'il invente sont des vrais désastres, l'incendie d'une bibliothèque, la pluie et puis dans une des dernières images le squelette chasse la modèle d'une espèce de paradis terrestre. C'est extrêmement savant du point de vue de la réalisation, du point de vue de l'image, oui c'est très spectaculaire pour un adieu. Personne ne s'attendait à ce que qu'Avendon qui s'est fait connaître par la mode dise " bye bye ". Quand Avendon dit j'arrête avec cette série de faire des photographies de mode il parle évidemment au milieu de la mode, il les bouscule très fortement en leur disant, y'a quelque chose de mortifère dans ce que vous faites, d'artificiel, vous ne tenez absolument pas compte du fait que nous sommes tous mortels, en même temps il reconnaît, parce qu'il a choisi évidemment ce qu'il y avait de plus étonnant dans les créations vestimentaires de l'époque, il reconnaît en même temps que dans ce monde là y'a de la création. Mais la question qui est posée finalement c'est " à quoi ça sert ? " puisque tout va disparaître.
Si vous voulez en savoir plus sur Richard Avedon et poursuivre l'écoute de Christian Caujolle, appuyez sur la touche étoile. son Caujolle 2
C'était pas du tout un mondain, il n'allait pas dans les vernissages, il ne se montrait pas beaucoup c'était un incroyable travailleur, il travaillait tout le temps. C'est quelqu'un originaire d'un milieu extrêmement modeste, d'une famille de petits juifs de Manhattan, qui n'a jamais été fasciné par l'argent mais qui l' a toujours utilisé parce qu'il savait qu'il en avait besoin pour faire les images au mieux. Il a eu toujours une attitude très politique. Avec l'argent qu'il avait gagné avec les photographies de mode, il est parti au Viêt-Nam tout seul photographier les victimes du napalm, ça on a un peu tendance à l'oublier parce que évidemment les photos les plus connues sont ses photos de mode, les photos les plus importantes sur Saint Laurent au début, enfin etc...mais le personnage c'était pas ça du tout. Et l'homme c'était pas ça du tout et je connais peu de gens qui ayant eu le succès et le confort qu'ils ont eu avec leur travail professionnel ont eu le courage de dire " c'est fini, cette chose là ne me concerne plus ". C'était quand même très très gonflé, c'était scier la branche sur la quelle il était assis.
Retour haut de page