Les Rencontres d'Arles 2008 >

Atelier Mécanique - Joël Bartoloméo

Version mobile
English

Atelier Mécanique - Joël Bartoloméo

Dès le réveil, il se souvient de ses rêves, les note et confronte ces visions très personnelles à l'actualité.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Joûl Bartoloméo noircit des cahiers. Dès le réveil, il se souvient de ses rêves, les note et confronte ces visions très personnelles à l'actualité. Etonnant télescopage. Il prend aussi sa caméra vidéo pour des autoportraits, avec la même minutie, il découpe des photos dans les journaux. Et le plus surprenant, comme avec ces grands tirages en noir et blanc, c'est que les choses s'assemblent toutes seules.
Pour écouter Joûl Bartoloméo, appuyez sur la touche étoile.*son Bartoloméo
Les cahiers des rêves j'ai commencé en 2002 2003 à noter des rêves, à noter à quoi ils se rapportaient ces rêves à côté, et puis à faire des dessins des rêves que j'avais puisque des fois j'avais des images fortes....c'est vrai que je lis pas mal les journaux et j'ai essayé de faire un parallèle entre le mircrocosme intérieur, ce cinéma intérieur qu'on se joue comme ça et puis ce qui est rapporté du monde dans les journaux. Le monde passe par mes yeux et passe par mon cerveau et il ressort la nuit et y'a des parallèles qu'on peut faire ou ne pas faire, c'est des questions qu'on se pose...à un moment donné on se demandait où était Ben Laden, Ben Landen était annoncé comme mort et après annoncé comme opéré et c'est un peu comme ça pour les rêves, c'est des sortes de choses qui sont incertaines qui apparaissent par moment et qui disparaissent. Quand j'ai vu les lieux, je me suis dit, tiens, ces images et ces lieux pourraient fonctionner ensemble donc j'ai décidé de les agrandir. Catherine Deneuve on reconnaît instantanément des choses ...y'a d'autres personnes, une petite image de quelqu'un qui s'appelle " piano man " c'est une petite histoire qui est arivée y'a un an et demi à Londres où quelqu'un était amnésique il ne savait plus qui il était et tout simplment il est arrivé sur la plage habillé avec un habit de soirée, cette personne jouait très très bien du piano, c'est une sorte de fait divers qui est tombé dans l'oubli, finalement il s'est avéré que toute cette histoire c'était un canular, que la personne c'était une simulation. Tiger Wood, moi je savais pas, c'est quelqu'un de très connu c'est un sportif très très connu, simplement cette image elle m'a arrêté parce que je trouvais qu'il respirait une sorte de bien être. Au départ j'ai voulu prendre que des gens qui regardaient pas en face et j'ai rajouté Tiger Wood qui regradait le spectateur et Piano Man aussi qui regardait le spectateur droit dans les yeux mais de façon différente, il nous regarde sans nous voir d'une manière absente. Le regard il cricule de l'un à l'autre, y'a des colisions des choses qui sont étonnantes quoi, dont on ne maîtrise ni le sens ni la portée.
Retour haut de page